Lleuwen-stendhal

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1382 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Cet extrait de Lucien Leuwen, roman inachevé de Stendhal, écrit durant les années 1834 – 1835 nous présente l’arrivée du personnage titre dans sa nouvelle ville de garnison : Nancy. Alors qu’il s’abandonne à quelques réflexions désabusées, le héros aperçoit, ébloui, le visage d’une jeune inconnue.
Cette scène de première rencontre serait traditionnelle et sans originalité particulière sil’auteur ne lui faisait pas prendre un tour inattendu.
Aussi, après avoir étudié dans un premier temps le cadre de la rencontre et ses différentes significations, nous verrons le rythme de la scène et notamment le jeu des temps, avant d’analyser dans une dernière partie le déroulement de cette première rencontre et le traitement particulier que lui réserve Stendhal.

Le cadre réaliste n’est pas sansincidence sur la surprise qu’éprouvera le lecteur à la fin de l’extrait. En effet, la réalité des lieux, leur banalité n’annonce rien d’extraordinaire. Aussi nous laissons-nous « porter » par l’histoire. Il est clair que le héros n’apprécie pas Nancy, sa nouvelle ville de garnison. L’importance des termes dépréciatifs nous le prouve : « Les murs écorchés et sales des maisons de Nancy, la boue noire,… le méchant pavé… » (L8 à 10) ; « une grande maison, moins mesquine que celles devant lesquelles le régiment avait passé jusque là … » (L1-2). Ce sont eux aussi qui permettront de mettre en évidence l’apparence différente et positive de la maison, et de la jeune femme « c’était une jeune femme blonde qui avait des cheveux magnifiques et l’air dédaigneux : elle venait voir défiler le régiment… »(L6-7). C’est grâce à ce contraste que Lucien la remarque. Tout cela concourt à créer un effet de réel relativement banal. Aussi ne sommes-nous guère étonné lorsqu’une pause dans le déroulement de l’action intervient : « Un embarras sous une voûte, au bout de la rue, avait forcé le régiment à s’arrêter. » (L11). C’est pourtant à cause de cette pause que le héros se prend à rêver à la jeune femmequ’il vient d’apercevoir « Elle pouvait avoir vingt-quatre ou vingt-cinq ans. Lucien trouva dans ses yeux une expression singulière ; était-ce de l’ironie, de la haine, ou tout simplement de la jeunesse et une certaine disposition à s’amuser de tout ? » (L13 à 15) et qu’il en oublie sa situation d’homme à cheval. La chute finale se prépare. Aussi lorsque l’escadron repart brusquement : « Le secondescadron, dont Lucien faisait partie, se remit en mouvement tout à coup ; … » (L16), la chute bien que surprenante, ne paraît pas improbable : « Lucien les yeux fixés sur la fenêtre vert perroquet, donna un coup d’éperon à son cheval, qui glissa, tomba et le jeta par terre. » (L17-18). Elle est en effet justifiée par des éléments antérieurs qui l’ont préparée : l’arrêt est justifié par la reprisebrusque « tout à coup » (L16), la glissade du cheval est due au « méchant pavé » de la ligne 10 et la surprise engendre le « coup d’éperon » (L17), qui cabre le cheval, « la rosse » (L10) et lui fait perdre l’équilibre.
Si l’importance des effets de réel pour justifier le déroulement des événements et ainsi accentuer l’effet de surprise de la fin est claire, il ne faut pas oublier le rôle de l’espacesymbolique qui conditionne nos attentes.
Ainsi, la position des personnages n’est pas neutre : Lucien en selle, regarde une jeune femme à sa fenêtre. Cette position n’est pas sans rappeler le cliché médiéval du héros à cheval devant la fenêtre de sa dame. D’autant qu’on nous dit ligne 12 qu’elle est derrière « sa croisée ». Ce cliché est d’autant plus important qu’il y aura transgression à la finde l’extrait, transgression qui permettra à la jeune femme de voir enfin celui qui va ainsi se démarquer de la masse du régiment.
Cet espace symbolique se trouve d’ailleurs renforcé par le dynamisme particulier de la scène.
Ainsi n’avons-nous pas de pauses descriptives gratuites qui auraient pu ralentir le rythme soutenu de cet épisode. Les rares moments, où nous sont détaillées la...
tracking img