Lluvia

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2032 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La France en 1914

Introduction

La guerre de 14 a marqué un tournant dans l’histoire de France. Au-delà de son caractère meurtrier, elle a profondément bouleversé, à tous les sens du terme, les mentalités françaises. On considère que cette guerre mondiale constitue le passage du XIXème au XXème siècle : aussi l’année 1914 est-elle la dernière année du XIXème pour les historiens. Il estalors intéressant d’essayer pour un moment d’arrêter le temps en 1914, avant le début de la Grande Guerre, et d’observer le tableau français. Quel visage offre la France à la veille de la Première Guerre mondiale ? La France est d’abord apparemment une république prospère, mais elle se trouve toutefois fragilisée par une société vieillissante et divisée, et par la persistance de tensionsinternationales.

I / En 1914, la France apparaît comme un régime politiquement stable et économiquement prospère

1) Une République désormais bien ancrée.

Depuis la Révolution s’étaient succédé de nombreux régimes. La IIIème république est de loin le plus durable : en place depuis 40 ans, il n’a jamais été aussi solide. Certes, monarchistes et bonapartistes n’ont pas désarmé, mais leur audience abeaucoup reculé. Leurs députés ne forment même plus de groupe autonome à la Chambre. Les anti-républicains sont essentiellement des ruraux, or depuis 1900 les villages sont de plus en plus nombreux à avoir sur leur place des statues et autres bustes de la République. Les catholiques sont eux aussi moins hostiles à la République. Ils l’ont ralliée pour une majorité d’entre eux (par exemple ledéputé catholique Albert de Mun) le 20 février 1892, lorsque le Pape Léon XIII les y a incités avec son encyclique Inter innumeras sollicitidunes (Au milieu des sollicitudes). Quant à la classe ouvrière, son attachement est là depuis le début. D’autre part les institutions se sont stabilisées : le système électif, désormais stable, donne aux citoyens l’occasion fréquente de « faire leur devoir »,d’ « aller au drapeau ». L’échec des tentatives de représentation proportionnelle montre que le pays reste attaché au scrutin d’arrondissement. Le Sénat a rejeté clairement la réforme électorale en mars 1913. Cela dit la vie politique active se déploie plus à la Chambre où les mœurs se sont démocratisées avec la généralisation du tutoiement.
L’Etat républicain se limite de moins en moins à des activitésde maintien de l’ordre ou de défense du territoire. Economie, société : il es sommé d’intervenir par de nombreux groupes de pression dont l’étude est à peine commencée. Aussi l’appareil gouvernemental s’est-il étoffé: il compte de plus en plus de ministères (agriculture en 1881, colonies en 1893, travail en 1906…). Il a montré sa solidité en contrant la crise boulangiste : les Français lui fontconfiance et lui reconnaissent une légitimité. Outre-mer, le régime colonial qui se confond avec la République n’est pas l’objet dans les masses de mouvements assez puissants pour le mettre en péril. Le mouvement « Jeune Tunisien », beaucoup plus combatif et nationaliste que celui des « Jeunes Algériens », est décapité après les incidents de 1911-1912.

2) La France de 1914 est celle de laBelle Epoque.

Si la République est désormais bien ancrée, la force de la France vient aussi se sa richesse, de son équilibre et des changements qui ont assuré sa modernisation. C’est d’abord la stabilité monétaire grâce à l’étalon-or. Mais la prospérité nationale se mesure surtout à la production. Le produit national a triplé depuis le début du XIXème et son taux de croissance, fortement ralentidepuis la fin du Second Empire, a retrouvé une réelle vigueur aux alentours de 1895 et d’autant plus dans les 3 ou 4 années qui précèdent immédiatement la guerre. Le PNB a une croissance de 1 ,8% entre 1896 et 1913, ce qui place la France dans le peloton vigoureux des nations modernes. Ceci est notamment dû à la production agricole, dont la valeur brute a augmenté d’un demi-milliard en un...
tracking img