Logement social

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 50 (12261 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le logement social en France

Introduction : Le logement social au cœur du débat public

Il est au cœur du débat pour :
* les rénovations des grands ensembles d’habitat social à la périphérie des villes
* des appréhensions ou des réticences des maires à construire des HLM au sein de leur commune.
Les logements sociaux sont aussi appelé HLM. Ce type d’habitat ne laisse pas indifférentparce qu’il renvoi au sort des populations modestes et défavorisées. Au XIXème la polémique existait déjà : l’Etat devait il intervenir dans le domaine du logement des familles ouvrières pour faire face à la carence de la promotion immobilière privée ? Le regroupement d’ouvriers dans des immeubles collectifs à bon marché ne serait il pas la porte ouverte à la sédition ? Les logements sociauxs’appelaient HBM (habitations à bon marché).
La persistance du mal logement entraine un retour à ces questions. Ce type de logement concerne autant les personnes d’origines étrangères que les Français qui sont dans la grande pauvreté ou qui ont des petits revenus ou qui font seulement de l’intérim. Il y une insuffisance de l’offre de logement à loyers accessibles. Le nombre de logement sociaux financéest passé de plus de 42 000 en 2000 à presque 100 000 en 2007. La mise en chantier réel à l’initiative des bailleurs sociaux est plus limitée : 55 000 en 2005, 65 000 en 2006 dont 38% d’entre eux dans la catégorie intermédiaire c'est-à-dire inaccessibles pour les ménages les plus modestes et à 53 400 en 2007. En 2006, selon les chiffres de la Fondation de l’abbé Pierre, 1 million de personnesétaient privées de domicile. Il faudrait alors construire 450 000 à 500 000 logements sociaux chaque année pendant 5ans pour s’approcher de la demande réelle en 2012.
En plus de ça, il y a une image négative de l’habitat social. Une enquête IPSOS en 2000 révèle que 70% des français pensent que les HLM ne sont pas agréable à vivre, 57% qu’ils regroupent des délinquants, et 55% qu’ils ne sont pasentretenues et propres. L’image négative influence l’ensemble des politiques de régulations à l’œuvre dans le domaine de l’habitat car il y a une stigmatisation de la population qui y réside. Du coup, il y a une crainte des élites d’implanter des logements sociaux dans leur commune et vont même jusqu’à faire une infraction à la loi SRU (loi relative à la solidarité et au renouvellement urbain). Plus cetype de logement est rejeté, plus l’image se noircit et est stigmatisé comme le lieu ou se concentre les violences urbaines.
Le logement social n’est pas qu’un lieu d’habitation des couches de population les plus modestes. Il y a aussi la notion de social, de solidarité et de transfert entre les citoyens. J. Barou, La place du pauvre, L’Harmattan, 1992 : « de manière directe ou indirecte, ellesuppose une redistribution des revenus ou d’avantages de la part de ceux qui ont, en direction de ceux qui ont moins, ou de ceux qui n’ont pas. ». La mise en place du processus de solidarité à été longue :
* L’Etat ne voulait pas s’engager dans la construction de logement pour les couches populaires au nom du libéralisme économique et politique
* L’Etat ne doit pas intervenir dans ledomaine de l’habitat sous peine remettre en cause le sacro-saint droit de propriété et de la libre entreprise
* Les classes défavorisées et leurs représentants voyaient d’un mauvais œil l’incursion de l’Etat dans cette affaire parce qu’un Etat qui est entre les mains de la bourgeoisie ne peut apporter qu’un surcroît d’exploitation et d’oppression.
C’est le patronnât privé qui a commencé à faireça en s’inspirant du courant hygiéniste et moraliste ; puis l’Etat et les pouvoirs publics ont pris le relais à la fin du XIXe siècle.
Donc le logement social peut aussi être définit par : logement qui a bénéficié pour sa réalisation de l’aide directe ou indirecte des pouvoirs publics de l’Etat et des collectivités, qui vise explicitement à loger les personnes à revenus modestes moyennant un...
tracking img