Loi de finance

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 32 (7813 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La personnalité morale dans les sociétés
Vendredi, 12 Décembre 2008 00:09 Administrateur
[pic][pic][pic]

La personnalité morale se définit comme étant le groupement de personnes ou de biens ayant, comme une personne physique, la personnalité juridique. Or n’étant pas une personne physique, la personne morale s’acquiert après un certain nombre de formalités.

Ont donc la personnalitémorale :

•   Des groupements de personnes tels que (outre la société) , l’association, le groupement d’intérêt économique (GIE), le groupement européen d’intérêt économique (GEIE) , une comité d’entreprise, etc.....
•   Des groupements de biens comme les fondations définies en ces termes par la loi n° 87-571 du 23 juillet 1987 : « l’acte par lequel une ou plusieurs personnes morales décidentl’affection irrévocable de biens , droits ou ressources d’une œuvre d’intérêt général et à but non lucratif »

Si la personne juridique est naturelle pour les personnes physiques, elle ne l’est pas pour les personnes morales, surtout lorsque cette personnalité est attribuée à une masse de personnes ; de cette observation est née une controverse.

1. La controverse sur la personnalité moraleDans leur style imagé, les professeurs Cozian M. , Viandier A. , et Deboissy F. définissent ainsi la personnalité morale : « La personne morale n’est pas une personne ; ni souffrante ; ni aimante, sans chair et sans os, la personne morale est un être artificiel. Et Casanova le savait bien, qui poursuivit nonnes et nonnettes, mais ne tenta jamais de séduire une congrégation ; on n’a jamais trousséune personne morale ». Cette définition peu banale permet de poser le problème. La personnalité morale est elle une pure fiction ou au contraire une réalité ? Les auteurs s’étant divisés sur ce point, il conviendra d’indiquer la solution retenue par le droit positif.

A - Thèse de la fiction

C’est la thèse la plus ancienne (soutenue notamment par Ihering). Selon cette première écoledoctrinale, seule les personnes physiques, les êtres humains, sont aptes à devenir sujet de droit. Si l’on accepte de reconnaître la personnalité juridique à un groupement de personnes, voire une masse de biens, une telle reconnaissance ne peut naître que d’un acte de volonté de l’Etat. C’est à dire que la personnalité morale est une pure fiction.

B - Thèse de la réalité

Développé notamment par ledoyen Geny, cette thèse soutient au contraire que la reconnaissance étatique n’est pas nécessaire à l’existence de la personnalité morale.

Pour les partisans de cette seconde école doctrinale, seule la réalité compte. Or, l’observation de cette réalité montre que la volonté d’un groupement de personnes, par exemple, est autre chose que la somme des volontés individuelles de ses membres.

C -Solution retenue par le droit positif

Le droit positif n’est pas d’une clarté absolue en la matière. Dans un premier temps la cour de cassation avait consacré la thèse de la réalité dans un arrêt du 28 janvier 1954 : « attendu que la personnalité civile n’est pas une création de la loi ; qu’elle appartient en principe, à tout groupement pourvu d’une possibilité d’expression collective pour ladéfense d’intérêts licites, dignes par suite, d’être juridiquement reconnus et protégés ». Puis le législateur a appliqué la théorie de la fiction en subordonnant la naissance de la personnalité morale d’un certain nombre de groupements à une formalité administrative, donc à une reconnaissance étatique. Il s’agit de l’immatriculation au registre du commerce et des sociétés pour les sociétés, lesgroupements d’intérêt économiques, les GEIE, et de la déclaration à la préfecture pour les associations.

Plus récemment la chambre sociale de la cour de cassation, semble avoir relancer le débat dans deux arrêts du 23 janvier 1990 et du 17 avril 1991 en accordant sans renaissance étatique, la personnalité morale à un comité de groupe et à un comité d’hygiène et de sécurité.

2. Les sociétés...
tracking img