Lorenzaccio acte iv scene 3

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1641 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Lorenzaccio IV, 3

Introduction : Le drame romantique constitue un genre novateur puisqu’il prend le contre-pied des règles classiques, et crée des personnages d’un tout nouveau style, plus en adéquation avec les interrogations de l’époque romantique. Ce drame romantique est l’un des plus complexe créé par Musset en raison de la complexité même du personnage principal, Lorenzo. Tout au long del’œuvre, Lorenzo apparaît aux yeux de tout le monde comme un débauché, un individu frivole mais inoffensif ; cependant, tous les aspects de sa personnalité apparaissent dans les nombreux monologues qui parcourent l’ensemble de la pièce.
Problématique : Comment ce monologue restitue-il le trouble du héros devant le mystère de son identité ?

I- Un Monologue Tragique et Lyrique :
1- LesMarques du Monologue :
Définition du terme monologue : issu du grec « monologos » signifiant « qui parle seul ». Un monologue est donc une scène où un personnage de théâtre est seul et se parle à lui-même. Présence de la didascalie « seul » au début du monologue qui nous conforte dans l’idée qu’il s’agit bien d’un monologue.
Rôle du monologue : Dans une tragédie, un monologue doit permettre derésoudre un dilemne, de prendre une décision ; il doit faire avancer l’action. La particularité de ce monologue est justement de n’avoir aucune fonction précise puisque Lorenzo se contente de soulever des questions mais sans jamais y répondre. S’il nous permet de mieux cerner la psychologie du héros romantique, il ne fait pas avancer l’action.
Ce monologue possède cependant une originalité : Lorenzoinsère un dialogue fictif au discours direct à l’intérieur de son monologue : présence de guillemets, de tirets… : « je l’ai tué »… Ce dialogue fictif lui permet d’interroger encore davantage sa conscience à propos du meurtre qu’il doit commettre. Malgré tout, il semble incapable de justifier son acte, il sait juste qu’il doit le tuer.

2- Un Monologue Tragique :
Le meurtre du duc par Lorenzoest inévitable, comme inscrit dans une fatalité : « ce meurtre […] s’est posé sur ma route et m’a appelé à lui ». L’image de la route symbolise le destin, le chemin duquel on ne peut s’écarter.
Plusieurs références à Dieu apparaissent également : « Suis-je le bras de Dieu ? » et « O Dieu ? » : deux interrogations qui restent sans réponses. La Métonymie du « bras » fait ici référence à la justicedivine : Lorenzo serait donc un envoyé de Dieu comme Moïse qui apparaît en filigrane à travers la référence biblique à la « nuée ».
Enfin, plusieurs références à des personnages ou présages antiques sont présents : Lorenzo s’identifie, par le biais d’une comparaison (« comme ») à « Oreste », un personnage antique qui s’est rendu coupable de meurtre sur « Egisthe », l’amant de sa mère,Clytemnestre qui avait tué son père Agamemnon. La comparaison avec le « corbeau noir » constitue également un mauvais présage dans l’antiquité romaine qui étudiait avec soin les auspices pour déterminer l’avenir. De même la « comète » dont Lorenzo a entendu parler symbolise et annonce la mort d’un grand personnage (une comète précéda la mort de César).

3- Un Monologue Lyrique : L’Exaltation dessentiments
La présence du lyrisme se traduit par l’emploi d’un nombre exceptionnel de pronoms et de déterminants de la première personne : « je », « me », « ma »…
Le lyrisme semble également présent à travers la répétition du terme « cœur » dans le monologue de Lorenzo. Terme très important dans la tradition romantique car il est considéré comme le siège des émotions, des sentiments et donc du lyrisme.D’ailleurs, Lorenzo s’interroge sur son humanité : « Sont-ce bien les battements d’un cœur humain que sens là ? », est-il ou non un monstre capable d’assassiner quelqu’un ?
L’invocation à Dieu, « O Dieu ? » apparaît aussi comme procédé lyrique : Lorenzo exalte ses sentiments : il passe de la joie à la peur puis enfin à la folie à la fin du monologue avec l’évocation de « l’épée flamboyante de...
tracking img