Los animales y el hombre

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (491 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Lorsqu'ils ont perdu de vue la terre, Ismael s'est levé en essayant de voir quelque chose de plus qu'une eau. Au cinquième jour sacré, l'eau a fini. certains ont commencé à pleurer et à pleurer et àpleurer et pleurer. Nous partons pour mourir répétaient-t-ils, nous partons pour mourir. Une terre n'était vue par aucune partie. ila pensé qu'il avait été un idiot, qu'il aurait du acheté unpasseport et un billet d'avion, comme il se faisaient tant. Ila pensé, bon, je vais mourir, cela est tout. La peur s'est endormie, aveuglé par la fatigue, la soif, la chaleur, par le strident. Et alorsj'écoute son père, directement venu du village des défunts : Ne pleure pas, tu ne vas pas mourir mon enfant. Et au sixième jour la mer, qui était verte jusqu'alors, est devenue bleu foncé : ils étaientprès d'une terre. Cette nuit l'éclat des villes est devenu visible dans le ciel et, comme un phare les a aidé à s'approcher.
Ilssont arrivés à un port et la police et la croix rouge les attendaientdéjà. Ils ont passé la nuit dans un commissaria ils sontt entassés dans un local et jetés au sol. Une avocate est arrivée, une jeunefemme qui leur explica un par un en langue Française, qu'ils lesmèneraient dans un centre de rétention et qu'après quarante jours ils seraient libre peut-être.
Lorsqu'ils ont perdu de vue la terre, Ismael s'est levé en essayant de voir quelque chose de plus qu'une eau. Aucinquième jour sacré, l'eau a fini. certains ont commencé à pleurer et à pleurer et à pleurer et pleurer. Nous partons pour mourir répétaient-t-ils, nous partons pour mourir. Une terre n'était vue paraucune partie. ila pensé qu'il avait été un idiot, qu'il aurait du acheté un passeport et un billet d'avion, comme il se faisaient tant. Ila pensé, bon, je vais mourir, cela est tout. La peur s'estendormie, aveuglé par la fatigue, la soif, la chaleur, par le strident. Et alors j'écoute son père, directement venu du village des défunts : Ne pleure pas, tu ne vas pas mourir mon enfant....
tracking img