Louis aragon communiste

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (445 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
En 1950, Louis Aragon, à la demande de Thorez, est élu au Comité central du Parti communiste français. Il prend part avec l'autorité que lui confère cette fonction aux divers débats idéologiques quisecouent son parti après la mort de Staline, et plus encore après le XXe Congrès du PC de l'URSS de 1956. Au sein du PCF, sa position éminente ne le place pas à l'abri des attaques. Ainsi, quand en1953, les Lettres françaises publient un dessin de Picasso, à l'occasion de la mort de Staline, il est contraint de faire amende honorable devant les critiques qui jugent le portrait iconoclaste. Au fildes années, mis au courant de la répression stalinienne par l'intermédiaire d'Elsa Triolet, ses positions évoluent mais il préfère se taire que porter tort à son camp. Son journal n'aborde pas defront les questions du stalinisme dans ces années[5]. En 1956, il ne prend pas position sur le « rapport Krouchtchev », se tait sur les événements de Pologne, comme sur la répression des insurgés deBudapest, souscrivant, par son silence, à la thèse officielle de son Parti, selon laquelle l'insurrection hongroise serait le fait de la bourgeoisie et de l'aristocratie et aurait été matée par lesouvriers avec le soutien de l'Armée Rouge. Ces événements provoquent, entre autres, l'éclatement du Comité national des écrivains, que quitte Vercors. C'est sur le plan littéraire, dans ce qu'on peutconsidérer comme son autobiographie poétique, Le Roman inachevé qu'Aragon abordera, la même année, la souffrance personnelle suscitée par les révélations et les désillusions politiques de cette annéeterrible :

« Mille neuf cent cinquante six comme un poignard sur mes paupières ».

Peu à peu cependant, avec la révélation des crimes des régimes en URSS et en Europe de l'Est, Aragon aboutit à une trèsvive condamnation des pratiques autoritaires du communisme soviétique. Il ouvre son journal aux dissidents, il réprouve les procès contre les intellectuels, en particulier en 1966 lors du procès...
tracking img