Louis Aragon

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (351 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 février 2014
Lire le document complet
Aperçu du document
Synthèse : « La guerre et ce qui s'ensuivit »

Ce document est un poème, extrait du « roman inachevé » s'intitulant « La guerre et ce qui s'ensuivit ».Ce poème est écrit de manière régulière, en6 quatrains d’alexandrins dont les rimes sont embrassées. Ce poème a été conçut après la
1ere guerre mondial et a été écrit par Louis ARAGON en 1956.

Problématique :
Nous allons voir quelregard l'auteur porte sur l'histoire de la 1ère guerre mondial ,la compassion et le devoir de mémoire que l'auteur porte au soldats .
(thème 1 de l'histoire des arts)

Annonce du plan :
Le plan vase composer en 2 partie : -La destinée des soldats
-La mort des soldats

La destinée des soldats :

Dans ce poème ,Louis ARAGON s'adresse à des soldats morts ou blessés au front pendant la1ère guerre mondial . L'adresse lui permet de dialoguer avec lui-même en s'imaginant leur sort sur le champs lexical de bataille. Le poète lance sur chaque soldat un regard de compassion, chacun de cessoldats ont des caractéristiques précis .
Au vers 13, on remarque le changement qui passe du tutoiement au vouvoiement .
A partir de ce moment, les soldats sont considérés dans leurs ensemble par lepoète en tant qu'humains ayant à faire face à un destin connu.

Dans ce poème, il y a des expressions familières comme« un jeu du tonnerre » (Vers 6) et « Au jus là-dedans » ( vers 18).
Lepoète s’approprie le langage des soldats qu'il met au style discours direct pour comprendre la réalité du terrain et s'approcher des soldats .

Une chanson a été réalisé par Léo Férré qui interprète cepoème à un doux rythme : cela fait éprouver de la nostalgie ainsi que de la tristesse avec ses souvenirs .

La mort des soldats :

Ce qui rend le texte particulièrement frappant, c’est que lamort est présente sans cesse,la destination finale des soldats est claire dès le début ,ils vont mourir.
Dans la dernière strophe, l'anaphore de « déjà » insiste bien sur l'idée que leur vie...
tracking img