Louis xiv

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 24 (5819 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Personnalité du Roi-Soleil
Le soleil comme emblème
Le Roi-Soleil domestiqua définitivement tous ceux qui lui contestaient le pouvoir en faisant de sa vie de monarque un théâtre perpétuel où tout, de son coucher à son lever, de ses repas à ses frasques amoureuses, de ses vêtements à ses animaux de compagnie, de ses divertissements à ses plaisirs intimes, était suivi par des courtisansanxieux.
Sa devise Nec pluribus impar
{draw:a}
{draw:a}
NEC PLURIBUS IMPAR, la devise du roi
Louis XIV, une force de la nature
{draw:a}
{draw:a}
Louis XIV représenté en Alexandre le Grand
On dit du roi qu'il n'était pas grand (1,61 m selon certaines sources alors que l'étude de l'armure offerte à Louis XIV par Venise semble indiquer plutôt une taille d'environ 1,70 m) maisqu'il était d'une grande élégance et en imposait par sa prestance, sa beauté et sa superbe. Il fut un amateur fervent de la danse, du spectacle de ballets et du jeu de paume et comme presque tous ses ancêtres, un passionné de chasse et d’équitation. Cela fut surtout vrai pour sa jeunesse car s’il a pu paraître robuste et insensible à la fatigue, ne se plaignant ni du chaud ni du froid, ni de lapluie ni de la grêle, et feignait de s’étonner qu’on puisse en souffrir, Louis XIV fut avant tout un homme d’une grande endurance physique et morale. Et s’il eut un règne d’une longueur exceptionnelle, il fut paradoxalement toute sa vie d’une santé déficiente et maintes fois mise en péril.
La lecture du journal de santé de ce monarque, minutieusement entretenu, est édifiante : il se passe peu dejours sans que le souverain ne soit pas l’objet d’une purgation, d’un lavement, d’un emplâtre, d’une pommade ou d’une saignée[21]. On y trouve entre autres consignés :
Tumeurs : tétin droit cautérisé en janvier 1653...
Blennorragie : tenue secrète, cette maladie le tenaille régulièrement depuis sa jeunesse (depuis mai 1655, époque de ses premières liaisons).
Vapeurs et douleurs dorsalesfréquentes : certaines (novembre 1647) attribuées à une attaque de petite vérole ; avec pustules sur tout le visage et d’autres parties du corps , suivie d'un début de « gangrène » des doigts de pied...
Langueurs et fièvres variées : fièvres de fin 1655; fièvre typhoïde de juin 1658...
Maux de dents : en 1685, toute sa dentition supérieure côté gauche est « arrachée » avec le voile dupalais qui sera cautérisé plusieurs fois aux pointes de feu (les liquides lui ressortent parfois par le nez).
Fistule anale : cette malformation handicapante lui fera finalement subir une opération expérimentale la plus douloureuse qui soit (par le chirurgien Félix) en novembre 1686.
Ennuis urinaires : accompagnés de probables calculs (mictions accompagnées de « pelotons de sable »)...
Lagoutte : des attaques insupportables au pied droit et à la cheville gauche qui le tiennent longtemps immobilisé ou gênent sa marche. Ses dernières années tiendront du supplice.
Un amant fougueux
{draw:a}
{draw:a}
Madame de Maintenon, l'épouse secrète du roi
Louis XIV a de très nombreuses maîtresses, parmi lesquelles Louise de La Vallière, Marie Angélique de Fontanges, Madame deMontespan, Madame de Maintenon (qu'il épousa secrètement après la mort de la Reine, sans doute dans la nuit du 9 au 10 octobre 1683, en présence du Père de La Chaise qui donna la bénédiction nuptiale). Adolescent, il fait la rencontre d'une nièce de Mazarin, Marie Mancini. S'en suivra entre eux une grande passion, contrariée par le cardinal qui, conscient des intérêts de la France et des siens,préfère lui faire épouser l'infante d'Espagne. En 1670, Jean Racine s'inspira de l'histoire du roi et de Marie Mancini pour écrire "Bérénice".
On dit souvent que Mademoiselle Catherine de Beauvais, surnommée Cateau La Borgnesse, déniaisa le roi, mais les historiens en doutent fortement. Cependant, cette femme "issue de peu" eut l'extrême honneur de recevoir un cadeau étonnant d'Anne d'Autriche (la...
tracking img