Louise labbe, poesie et feminite

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 18 (4361 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
LOUISE LABE/ Poésie et féminité

La littérature est un puits incessant de créations toujours nouvelles qui prennent forme suivant différents critères sociaux, historiques, économiques ou politiques. Une période en particulier a révolutionné la littérature se situant comme le point de renverse de l’histoire de la littérature française. C’est en effet, à la Renaissance, époque paradoxaledes grandes découvertes et du retour vers le passé, que tout s’est joué. Chaque domaine artistique a pu prendre un nouveau départ et la littérature a vu naître des genres, mourir d’autres. Dans la lignée de ces changements, il faut savoir que le XVIe siècle assiste à l’essor de l’écriture féminine dans les différents genres littéraires. En poésie, une femme semble avoir bouleversé le genre de partson caractère battant et sa volonté puissante de transformer une société masculine en société mixte. Louise Labé a permis de soulever les questions de la féminité dans la poésie mais également du féminisme dans la politique. Nous nous intéresserons à son œuvre poétique sachant qu’elle est également l’auteur d’un discours philosophique intitulé Débat de Folie et d’Amour, dont nous ne parlerons pasafin de centrer notre analyse sur son œuvre poétique. Notons simplement qu’elle est l’auteur d’un seul ouvrage intitulé Œuvres et publié en 1555 dans lequel se suivent son unique discours philosophique, ses trois élégies et ses vingt quatre sonnets amoureux.
Nous analyserons dans cette étude de quelle manière Louise Labé insère son identité sexuelle dans son œuvre poétique et quellesquestions politiques et philosophiques cela a pu questionner à son époque.
Pour cela nous observerons en premier lieu comment Labé transpose son imitation des écrivains passés au féminin, puis nous analyserons la portée de son lyrisme féminin, pour ensuite considérer de quelle manière sa poésie est un engagement pour la cause des femmes de son époque.

1. L’Imitation au féminin
LaRenaissance a instauré une esthétique nouvelle en prônant notamment le retour aux textes antiques. A l’époque, les poètes pratiquent assidûment les auteurs anciens donnant entre autres, une très grande importance à la mythologie. Louise Labé ne déroge pas à la règle : bien qu’étant une femme, celle-ci ne s’inscrit pas en marge de l’évolution poétique du siècle, bien au contraire. Le poète suit sesacolytes masculins dans les formes et les thèmes poétiques, s’inspirant des auteurs antiques. Ainsi, le poète féminin est en quête d’égalité avec les hommes, utilisant les mêmes conventions littéraires qu’eux à sa manière. Nous allons à présent examiner quels auteurs communs à ses contemporains se retrouvent dans la poésie de Louise Labé et comment transpose-t-elle l’imitation jusqu’alors masculine àune imitation féminine.

A. Ovide

Tout d’abord, on peut voir qu’Ovide a une grande influence dans les sonnets et élégies de Labé. L’élégie est la forme de l’épître amoureuse qui traite des plaisirs et des malheurs de l’amour selon Ovide son modèle. Dans les Héroïdes d'Ovide s'expriment des voix féminines abandonnées par leurs amants, qui sont des figures célèbres de la mythologie tellesque Pénélope à Ulysse, Phèdre à Hippolyte ou encore Didon à Enée. Seule l’épître de Sapho à Phaon renvoie à une vérité historique. Ainsi, la voix de l'amante qui se cache derrière Louise Labé s'inscrit à son tour dans une tradition où se côtoient toutes les héroïnes ovidiennes. De plus, on remarque que le premier sonnet du recueil fait référence à Ulysse, en écho à la première épître d’Ovide,mettant en scène Pénélope qui écrit à son mari. L’absence de l’homme aimé avec les soupçons qui accompagnent le manque est un thème récurrent chez les deux poètes. Le parallèle ovidien est donc nécessaire. Pour illustrer concrètement cela, nous pouvons nous reporter à cette fameuse épître de Pénélope à Ulysse :

« Tandis que je me livre follement à ces pensées, peut-être, car quels ne...
tracking img