Louise michel

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 15 (3644 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Louise MICHEL,Légendes et chansons de gestes canaques,Aux amis d’Europe,Nouméa,Editions grains de sable, 2005

Louise MICHEL,Légendes et chants de gestes canaques,et de civilisation, Paris,Kéva et compagnie Editeurs ,2006

Louise MICHEL, 1830-1905,alias « Enjolras » est une figure emblématique de « La commune » en 1871.Militante anarchiste,on se la représente au combat,les armes à la main enfaveur de la commune.Son caractère bien trempé,ses actions,sa détermination lui ont valu la déportation en Nouvelle-Calédonie en décembre 1873.Ce 7ème convoi ne transportait que des déportés politiques dont faisaient partie Louise,rocheford ou encore Nathalie Lemel.

Cette terre d’exil fut pour elle l’occasion d’approcher le monde canaque et d’écrire ses légendes.
Elle fait publier 21 moisaprès son arrivée « Légendes et chansons de gestes canaques,aux amis d’Europe » sans nom d’auteur dans les « petites affiches de la Nouvelle-Calédonie,Journal des intérêts maritimes,commerciaux et agricoles paraissant tous les mercredis »,1er journal civil de la Calédonie.Elle croise sur son chemin « Daoumi »genie canaque,informateur qui l’aidera tant bien que mal à l’élaboration de ses œuvres.Bien des « ignames » plus tard,10 ans exactement,après le décès de sa mère,on sait que du fond d’une de ses prisons,Louise republie chez Keva « Légendes et chants de gestes canaques,et de civilisation »réalisant ainsi deux œuvres autonomes ou tout au moins complémentaires.

Pendant 10 ans,Louise n’a de cesse de coller,recomposer….véritable travail de bricolage. « Légendes et chants de gestescanaques,et de civilisation »est une version remaniée.La version nouméenne comporte une introduction et 14 légendes.Entre les deux publications,10 ans se sont écoulés mais il faut également signaler 3 évènements majeurs :en 1776-1777,Louise fait la connaissance de Charles Malato(fils de déporté) qui en tant qu’informateur succède à Daoumi.En Juin 1878,Ataï s’insurge.En 1880,elle rentre à Paris.L’édition de 1885 offre 24 textes.on note de nombreuses variations,des suppressions contre 17 nouveautés qui intègrent les Légendes,des dessins,une liste de vocabulaire et numération canaque,des réfléxions sur la musique,la médecine et un conte de Malato.

L’histoire,terrain sur lequel on attendrait Louise,dans lequel elle garde une place de nos jours,ne semble pas l’attirer au moment d’écrire.Elle cèdeà la légende,donc à la fiction.Mieux,pour donner de l’authenticité à ses textes et parce qu’elle vit la Calédonie à son état embryonnaire,Louise réunit épopée et histoire autrement dit fiction et réalité pour transcrire ses légendes.Louise Michel,auditrice blanche interprète alors Daoumi,informateur,traducteur ou conteur noir.

Les veillées de Vroncourt passées à écouter le conteur des légendesou le lecteur du Messager boîteux et du bon liégois permettent de mieux saisir les intentions de Louise sur la genèse de ses légendes canaques issues de Ducos.Louise,adepte d’une oralité qui a bercé enfance et jeunesse y retourne certainement par goût et par profession.

Ces deux légendes à caractère didactique,du genre contes traditionnels s’adressent aux amis d’Europe,les autres déportés(Suisse,Belgique….)et pourquoi pas à leurs enfants.

De caractère révolutionnaire,parce qu’elle a des idéologies,des utopies,Louise se met toujours du côté des plus faibles,des opprimés et rêve d’un monde meilleur.Sur le terre de déportation,en Nouvelle-Calédonie,ses amis déportés disent d’elle qu’elle s’ensauvage et devient plus canaque que canaque.En s’adressant aux amis d’Europe,elle les situegéographiquement : « Vous êtes là-bas au XIXème siécle,nous sommes ici au temps des haches de pierre et nous avons des chansons de gestes pour littérature .Non pas la chanson de gestes du Moyen Age,mais celle des temps tout à fait primitifs ;avec les vocabulaires bornés et les œuvres à l’état d’enfance. »

Mais ce monde à l’état primitif n’est pas un monde sans intérêts.

La lecture de ces...
tracking img