Lucien

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (528 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 décembre 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
Scélérat pour scélérat, il vaut mieux être un loup qu’un homme

Cette citation peut, au premier coup d’œil, paraître étrange et paradoxale. En effet, le loup est depuis toujours symboled’agressivité, de crime et de scènes sanglantes. Pourquoi le compagnon métamorphosé d’Ulysse le compare-t-il donc à l’humain, qui lui, est censé être symbole de justice, paix et intelligence ? « Scélérat pourscélérat, il vaut mieux être un loup qu’un homme ». Le compagnon d’Ulysse insinue donc que l’homme est autant scélérat que le loup, et qu’en plus, s’il venait à devoir choisir un des deux états, ilpréfèrerait devenir loup plutôt qu’homme.

Pour approfondir la discussion et en même temps rester dans le thème, on pourrait comparer cette citation à celle du philosophe Thomas Hobbes, qui est : « L’hommeest un loup pour l’homme ». On y retrouve l’image négative donnée au loup, mais également la comparaison péjorative de l’homme avec le loup.
Pour persuader son compagnon loup de redevenir homme, Ulyssemet en avant le fait que le loup est un animal cruel, sanguinaire, qui tue les moutons dans les prairies et ne connaît que son instinct sauvage. Son compagnon lui répond en lui disant que l’hommeaurait mangé les moutons de toute façon, tout en n’étant pas moins cruel.

D’un point de vue philosophique, le compagnon d’Ulysse veut dire que derrière son image de bienfaiteur, l’homme est tout aussifroid et sanguinaire que n’importe quel animal. Pour lui, l’homme est mauvais de nature.
Ce qui différencie l’homme de l’animal, c’est que l’homme est conscient de tous ses gestes. Il préméditechaque mouvement à l’avance, contrairement donc aux animaux, qui eux ne font que suivre leur instinct primitif et incontrôlable, ce qui les excuse en partie. Si l’homme ne voulait pas tuer, il ne tueraitpas, et trouverais rapidement un autre moyen de survie, tandis que le loup mourrait s’il cessait de chasser. L’intelligence supérieure de l’homme devrait, logiquement, lui faire comprendre...