Lune de fiel

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 15 (3627 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La littérature est une mine d’or pour le cinéma, elle offre une quantité d’histoires, de mythes, d’intrigues et de passions amoureuses. Le Septième Art implique souvent un public qui recherche les sources d’une culture littéraire. Ce dernier souhaite découvrir en images un patrimoine romanesque qui lui rappelle un tant soit peu l’imaginaire qu’il s’était crée en parcourant l’univers du livre.Lecinéma détient une force émotionnelle considérable due, d’une part, à l’illusion que procurent les images défilant sous les yeux du spectateur, et d’autre part, à son pouvoir de rendre concret, et sous forme d’icône, le symbole littéraire et abstrait. Celui-ci demande un effort de reconstruction intellectuel, une sorte de visualisation mentale, à plus forte raison si l’écriture romanesquetranscende l’objet qu’elle décrit pour en faire une chose naturelle que le lecteur devra donc matérialiser dans son esprit.

En 1992, lorsque Polanski adapta Lunes de Fiel, le roman sulfureux de Pascal Bruckner, il se trouva confronté au problème d’une traduction : celle qui consiste à mettre en scène la destruction des sentiments sans pour autant choquer le spectateur compte tenu des scènesscatologiques du roman. Comment rendre au cinéma la violence d’une passion proportionnelle à la brutalité de la rupture qui s’en suit logiquement ? L’intrigue filmique et celle du roman diffèrent peu, hormis le changement des noms des protagonistes et une fin littéraire plus pessimiste. Le récit cinématographique débute sur un paquebot au cours d’une croisière en Méditerranée. Un jeune couple britannique etpudique, Nigel et Fiona, rencontre un autre couple très pervers, Mimi et Oscar. Celui-ci, condamné dans un fauteuil roulant, confie à Nigel le récit tumultueux de sa passion ravageuse avec Mimi.

La question que se posent conjointement le romancier et le cinéaste : peut - on échapper à la monotonie du couple en poussant l’érotisme à son paroxysme ? Est-il possible de conserver en même temps etavec la même intensité le sexe et l’amour ? L’érotisme, méthodiquement appliqué avec raffinement, semble une réponse à cette problématique et pourtant texte et film sombrent dans une déviation et une perversion magnifiquement orchestrées. Polanski, très enthousiaste pour l’adaptation du roman de Bruckner, s’enflamma pour cette descente aux enfers : « C’est un livre qui a le courage d’aller jusqu’aubout des situations et des émotions. [...] Plus que d’une histoire d’amour, il s’agit de l’anatomie d’une passion. »[1]

Aussi, le point le plus important reste la transformation d’écriture : qu’est-ce qui produit la mise en spectacle filmique de cette passion à partir d’une fiction verbale et romanesque ? Quels sont les facteurs et leurs interactions ? Créer un film à partir d’un livre consistenécessairement à transformer, à modifier, à faire une résurrection de l’œuvre littéraire pour produire une œuvre cinématographique dite équivalente ou plus exactement ressemblante.

Si l’on considère le film comme un texte, l’intertextualité engage à repenser la compréhension des textes littéraires et filmiques, à envisager la littérature et le Septième Art comme un espace de rencontre « oùchaque texte transforme les autres qui le modifient en retour. »[2] L’ensemble crée un intertexte générique et protéiforme qui fait de la littérature et du cinéma deux médias intimement liés.

L’essentiel consiste à dégager le film du spectacle pour le rapprocher de l’écriture : « A l’horizon d’une démarche littéraire comparatiste s’inscrit [...] une réflexion sur l’interaction des différentesformes d’art. »[3] C’est la question de la cohabitation textuelle dans l’adaptation qui génère plusieurs étapes : il faut d’abord métamorphoser l’écriture littéraire pour le film, visualiser et sonoriser ensuite les personnages, sans oublier de retranscrire et de réinterpréter la perversité passionnelle du roman.
I) Métamorphose de l’écriture littéraire pour le film

Que Lunes de fiel soit un...
tracking img