Luther

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 85 (21179 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Cours Moderne

Cours n°1
Histoire moderne

De Luther à Voltaire : les mutations culturelles et religieuses de l’Europe.

Introduction générale

La prise de Constantinople par les Turcs en 1453 marque un temps fort de l’histoire de la chrétienté. Jusqu’au début du XVIIIe siècle, la chrétienté va rester sous la menace de l’Islam. Réveil de l’esprit des croisades. Autre conséquence de lamontée de l’Islam, l’exode des Grecs orthodoxes fuient l’Europe orientale et vont amener des manuscrits anciens, donnés aux Latins. Le système historique médiéval se retrouve remis en question, glose scolastique. Les humanistes redécouvrent les œuvres païennes. Un débat sur le terrain religieux. En France, on peut citer le cénacle de Meaux, cercle de savants, philosophes,… Autours de Jacques LeFebre, Jacques d’Etaples. On assiste à la volonté d’un retour vers l’Eglise des origines. Luther, moine de l’ordre des Augustins, réclame une réforme radicale du clergé, de la pratique des sacrements, du contenu de la foi, de l’interprétation des écrits. La papauté ne réagit pas face à cette contestation, elle est occupée par la défense des Etats pontificaux et une guerre en Italie. Luther estcondamné par le pape Léon X en 1520. Il s’est déroulé plus de 3 ans entre sa thèse et la condamnation, cela lui a laissé le temps de construire une Eglise différente de la papauté. Les idées de Luther, thèses évangéliques, scriptura sola. Des thèses par la suite portées par des moines itinérants. En 1450, l’imprimerie est mise au point. L’imprimerie n’est pas une révolution, elle est le fruit d’unecombinaison de plusieurs facteurs déjà existants. L’extension géographique de l’imprimerie va accélérer d’abord en Allemagne, puis en Italie, en Espagne et en France, une civilisation, une société du livre et de l’écrit dans un contexte d’analphabétisme important. Mais c’est surtout l’image, la vignette, le placard, que l’on affiche partout, qui diffuse beaucoup plus que le livre, une idée. Le texteimprimé devient vite un danger puisqu’il touche de plus en plus la population vu sa diffusion. Les ouvrages circulent facilement au XVI e siècle, à l’intérieur comme à l’extérieur des frontières et le contrôle de l’information devient une préoccupation politique. Naissance de la presse au XVI e siècle, sous la forme du « canard ».
L’éducation de la jeunesse devient un enjeu notamment des enfantsdes élites sociales. Les Luthériens font très vite des adeptes à l’université parmi les étudiants et les professeurs. En Allemagne l’université est vite gagnée, ainsi que la ville de Paris et l’Italie. Les centres de la pensée réformée se renforcent, notamment à Strasbourg, avec Martin Bucer, et à Wittenberg. Dans les années 1440, Genève devient le centre intellectuel de la seconde réforme,impulsée par Jean Calvin. Les Catholiques s’efforcent de réagir et l’Eglise pour opposer une réponse cohérente, organise un grand concile universel, en Italie à Trente, par interruptions de 1545 à 1563. Il s’achève en 1563, par des résultats inverses aux motivations initiales. Désormais il y a deux camps irréconciliables, le camp de la « réformation » (protestant) et le camp « catholique ». La chrétientélatine perd cette unité qu’elle avait auparavant. Cet état de fait n’a pas que des effets négatifs sur l’Europe. Une forte émulation entre les européens, par exemple, les besoins de la controverse religieuse font naître une nouvelle discipline, l’exégèse. Chaque camp va vouloir démontrer la valeur de leurs convictions. Rénovation de l’éducation et de l’instruction, Juan Vivès, Erasme (l’un despremiers à dénoncer les châtiments corporels sur les enfants). Le développement des matières techniques va accomplir les avancées les plus considérables, l’exemple des portulans (ceux qui dessinent les cartes pour la navigation). On fait sortir les européens de leurs frontières, les savants ne se satisfont plus de l’astronomie et de la cosmologie proposées par Aristote.
D’immenses territoires...
tracking img