Lyrisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1236 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Corneille ne l’a pas seulement introduit épisodiquement, sous des rythmes particuliers, comme dans les stances du Cid ou de Polyeucte, il le laisse souvent éclater jusque dans le dialogue. On peut citer le passage du Cid où Rodrigue exprime l’ardeur guerrière que lui inspire l’aveu de l’amour de Chimène :

Est-il quelque ennemi qu’à présent je ne dompte ?
Paraissez Navarrois, Maures etCastillans,
Et tout ce que l’Espagne a nourri de vaillants ;
Unissez-vous ensemble et faites une armée ;
Pour combattre une main de la sorte animée, etc.
Un recul lyrique plus touchant, dans la plus dramatique des situations, est celui du vieil Horace comparant la mort de deux de ses enfants à la fuite honteuse imputée au troisième :

Tout beau ne les pleurez pas tous.
Deux jouissent d’un sortdont leur père est jaloux.
Que des plus nobles fleurs leurs tombes soient couvertes !
La gloire de leur mort m’a payé de leur perte, etc.
Par le même auteur et dans le même chef-d’œuvre, les imprécations de Camille sont un exemple du plus vif accès lyrique que puisse admettre la scène.

Racine n’a pas manié avec moins de bonheur l’élément lyrique au théâtre. Il lui a trouvé dans Athalie l’emploile plus naturel qui puisse en être fait, non les chœurs, accessoire lyrique que comportent tant de sujets, mais de la prédiction de Joad, qui donne en spectacle l’inspiration lyrique dans sa réalité même, avec ses rythmes libres et variés et les accords de la musique pour la soutenir. Racine ne s’est pas fait faute de se livrer à la veine lyrique dans des sujets dramatiques qui lui semblaientmoins favorables. Phèdre, en particulier, offre d’admirables explosions de sentiments personnels, qui semblent suspendre l’action dramatique pour nous faire pénétrer jusqu’au fond de l’âme de celle qui en est l’héroïne ou plutôt la victime. La grande scène de la confidence à Ænone est tout en mouvements lyriques :


Phèdre et Hippolyte, sujet ayant inspiré le lyrisme de RacineQue ces vainsornements, que ces voiles me pèsent !…
Dieux ! que ne suis-je assise à l’ombre des forets !…
Ariane, ma sœur, de quel amour !
Le lyrisme n’est pas moins soutenu dans le grand monologue où elle exprime l’horreur de sa faute :

'Où me cacher ? Fuyons dans la nuit infernale...
Il a des retours d’une intimité toute personnelle dans ces vers :

Hélas ! du crime affreux dont la honte me suit
Jamaismon triste cœur n’a recueilli le fruit.
Il n’y a que les maîtres pour employer le lyrisme à propos dans les œuvres dramatiques, et surtout pour le contenir dans une juste mesure. Tristan L'Hermite offre, avec sa Panthée, un exemple où la tentative de faire reposer le ressort dramatique de la pièce sur le seul lyrisme voue celle-ci à l’échec. L’aptitude d’un auteur au lyrisme peut donc l’empêcherde réussir au théâtre. Les romantique ont prodigué, au théâtre, des développements lyriques qui ont souvent le désavantage de suspendre l’action pour faire briller le talent du poète, en substituant l’expression éclatante des sentiments qui lui sont propres au langage naturel du personnage en situation.

Dans la prose, le lyrisme est souvent un des caractères naturels de l’éloquence. L’orateur,plein de son sujet, s’abandonne aux mouvements impétueux de ses sentiments et oublie un instant son auditoire pour s’adresser aux objets de sa pensée, personnifiés devant lui. Nul ne s’est laissé aller comme Bossuet à ces entraînements lyriques. On en a remarqué quelques-uns dans ses oraisons funèbres, où il fait sans doute d’éloquents retours sur lui-même, mais où les conventions du genre gênentou retiennent l’essor oratoire. Il faut chercher le Bossuet lyrique dans ses sermons, improvisations ou ébauches, dont l’éloquence prend à tout propos les mouvements de l’ode. Parle-t-il contre le luxe dont on fait parade jusque dans les églises, il s’écrie : « Peuple auguste, sacrés autels, et vous, hostie que l’on y immole, mystères adorables que l’on y célèbre, élevez-vous aujourd’hui contre...
tracking img