Lyrisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (529 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 mai 2013
Lire le document complet
Aperçu du document
Intro :

Au XXème siècle, le surréalisme évoque l’imagination, le rêve mais aussi l’inconscient, et rejette le rationalisme. Contrée est un des derniers recueils publiés duvivant de Robert Desnos en 1944, un peut avant sa mort le 8juin 1945 dans les camps de la mort. Ce recueil expérimente la forme fixe et en particulier le sonnet. Dans le poème « la rivière », Robert Desnosfait se succéder deux quatrains, deux tercets en alexandrins et nous décrit de façon particulière le paysage de la rivière. Nous étudierons donc les moyens utiliser par l’auteurs pour faire ladescription de la rivière. En premier lieux nous étudierons la description à travers un texte lyrique avant de considérer la description à travers le surréalisme.

Plan :

Par quels moyens l’auteurfait-il la description de la rivière ?

I) En quoi se texte est un texte lyrique ?

1) grande implication de l’auteur
2) textes rythmé

Dans se poème c'est bien le registre lyrique quidomine, nous retrouvons certains aspect de celui ci dans le texte.
Premièrement, nous remarquons une forte implication du poète dans l’œuvre marquer par l'omniprésence des pronoms de la 1èrepersonne du singulier : « J’ai (vers 1 et 5) », « J’allais » (deux fois vers 7), « J’ai » (vers 9 et 13), « je » (vers 13). Le choix de la première personne permet de traduire l'intimité et lessentiments du poète pour les faire partager au lecteur. L’auteur décrit donc ses actions « J’ai passé (vers 1), J’ai marché (vers 5)… », et son ressentit  « mes yeux et mon corps sont pesants (vers 12), j’aisoif (vers 13) ». Il accentue sont implication grâce à des procédés expressifs comme les anaphores : « d’un bords à l’autre bords » (V1), « J’allais vers le gazon, J’allais vers la forêt » (V7),« J’ai nagé. J’ai passé » (V9), « Que par ma propre chair et par ma propre peau». Il insiste donc sur ses actions et sur certains mots.
Nous remarquons aussi, un certain que l’auteur a rythme...