Ma bohème de rimbaut

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (773 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 octobre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Ma bohème (fantaisie)

Explication du texte :

Le titre du poème « Ma bohème » est par définition le fait de vivre au jour le jour, simplement, au hasard de rencontre. La bohème artistique quantà elle est le fait de vivre sans se soucier des fins de mois et est souvent une errance à Paris. Le deuxième sens renforcé par le « ma », Rimbaud ayant fait sa première fugue à Paris. De plus, le« je » commençant le poème renforce à son tour ce deuxième sens. C’est une expérience personnelle que vit l’auteur.

Le sonnet est continu, car le voyage n’a pas de fin comme les fugues de Rimbaud : d’où ledeuxième titre « fantaisie ».

Le sonnet débute par « Je m’en allais ». Le lecteur entre dans l’action, le poème commence par le départ ce qui créer une sensation d’impulsion. C’est un aspectinchoatif. L’imparfait employé est un imparfait historique, duratif et répétitif : il accentue l’importance de l’évènement. D’ailleurs, « J’allais » est réemployé au 3e vers.

Ce sont non pas les mains,mais « les poings » que l’auteur met dans ses poches. Cela connote une certaine violence, conviction, révolte. Ce n’est pas une simple ballade, mais un homme qui part combattant ainsi l’éducationqu’il a reçue. Ses poches se retrouvent d’ailleurs « crevées » au lieu de percées, c’est une usure brutale.

Le voyageur est en quête de liberté. L’allitération en [l] au 3e vers la connote. Cependant, ildevient le féal de la « Muse » qui est celle de la poésie. C’est un paradoxe. En revanche, cet emprisonnement est volontaire. Il marche « sous le ciel » donc librement, il vagabonde. De même que son« Auberge était la Grande-Ourse », il n’a pas d’endroit autre qu’à la belle étoile pour dormir. Contrairement au « Petit Poucet » auquel il fait allusion, rappelant au passage le jeune âge de Rimbaud,ce dernier ne souhaite pas retrouver son chemin, et c’est pour quoi il sème « Des rimes ». Le complément d’objet direct du verbe : égrener, étant lui-même rejeté au vers suivant. La place...