Ma boheme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1373 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 juin 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
n siècle après sa mort, nous ne sommes toujours pas parvenus à fixer Arthur Rimbaud. Nous devons nous contenter de saluer sa prodigieuse vitesse. Une existence littéraire d'environ quarante-deux mois a suffi au jeune ardennais pour épuiser en une centaine de pages tous les possibles de la poésie. Après lui, rien de neuf, rien de plus à dire, tout à recommencer. Telle est sa principale leçon : ildémontre, une fois pour toutes, que la poésie ça n'est jamais ça.. En épuisant très vite et tour à tour quantité d'énergies et de formes, Arthur Rimbaud nous prouve que la langue de poésie est une langue où il y a du jeu: entre les différents sens d'un même mot, dans l'emboîtement des mots entre eux, dans la figuration et dans l'identité... Son oeuvre se présente comme une exténuante circulationet comme une distribution généreuse de sens et de sons nouveaux. Sa parole allègre et rapide, qui procède toute par fulgurances, courts-circuits, palinodies et contre-pieds, dépense sans compter des énergies fabuleuses. Rimbaud, de son propre aveu, se donne à lire, "littéralement et dans tous les sens."

C'est cette surabondance inouïe de trouvailles que le poète épuisé par sa propre vitessefinira par solder:

"A vendre les Corps sans prix, hors de toute race, de tout monde, de tout sexe, de toute descendance! Les richesses jaillissant à chaque démarche! Solde de diamants sans contrôle! (...)

A vendre les applications de calcul et les sauts d'harmonie inouïs. Les trouvailles et les termes non soupçonnés, possession immédiate (...)

A vendre les Corps, les voix, l'immense opulenceinquestionnable, ce qu'on ne vendra jamais."

Cette enthousiaste liquidation du poème "Solde" confond en une même ardeur la merveille de l'écriture et son désastre. Il apparaît en effet avec Rimbaud que le désastre est dans la nature même de la poésie. Il s'avère que celle-ci, pour demeurer "poésie" et ne pas devenir "littérature", doit se détruire et succomber. Il est dans sa vocation de passeroutre, y compris à elle-même et à ses outrances. Il est en fin de compte dans la nature de la poésie de se dégager toujours de la poésie, car elle est de toutes les eaux courantes, selon le mot de René Char, "celle qui s'attarde le moins aux reflets de ses ponts". Ainsi que l'écrira Paul Celan dans "le Méridien", "le poème aujourd'hui (...) montre, à l'évidence, une forte propension à se taire."Or le poème tend à s'imposer silence quand "il est au fort de lui-même", c'est-à-dire rivé à sa possibilité la plus propre, au plus près de son identité de poème, à laquelle, précisément, il ne peut se tenir "qu'en s'arrachant sans cesse de son déjà plus vers son encore."

***
Selon la leçon rimbaldienne, écrire implique tout d'abord de se rendre attentif et présent à tout ce qui existe. Celaveut dire aller "par la Nature, -heureux comme avec une femme", marcher "sous les tilleuls verts de la promenade", contempler les "sujets naïfs" de la tapisserie et les yeux vifs de la serveuse du "Cabaret-vert", observer intensément les "Assis" qui font tresse avec leur siège, être là, s'imprégner de tout.

Mais écrire, c'est aussi voir beaucoup plus que ce que l'oeil est capable d'appréhender.C'est convoiter toujours davantage que ce qu'il est possible de saisir. C'est faire dans ce qui est l'expérience de ce qui n'est pas. C'est provoquer ce que Michaux appelle une "crise de la dimension". C'est donc développer de prodigieux "il y a" imaginaires :



"Au bois il y a un oiseau, son chant vous arrête et vous fait rougir.

Il y a une horloge qui ne sonne pas.

Il y a unefondrière avec un nid de bêtes blanches.

Il y a une cathédrale qui descend et un lac qui monte.

Il y a une petite voiture abandonnée dans le taillis, ou qui descend le sentier en courant, enrubannée.

Il y a une troupe de petits comédiens en costumes, aperçus sur la route à travers la lisière du bois.

Il y a enfin, quand l'on a faim et soif, quelqu'un qui vous chasse."



Cette...
tracking img