Macro

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2267 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
C – L’EQUILIBRE MACROECONOMIQUE KEYNESIEN
1. Les « économistes classiques » libéraux (Adam Smith, David Ricardo, Jean-Baptiste Say…) partent de la production (l’offre) pour analyser le circuit macroéconomique. En 1803, Jean-Baptiste Say élabore sa « Théorie de l'offre » selon laquelle « l'offre crée sa propre demande » ou encore « les produits s'échangent contre des produits ». Autrement dit, laproduction engendre un montant de revenus égal à la valeur de la production et les revenus engendrent une demande d'un même montant (schéma). Dans ce cas, il ne peut y avoir de crise de débouchés car la demande est égale à l'offre au niveau macro-économique.

Plein emploi du travail Plein emploi du capital

Biens d’équipe ment

Profits bruts

FBCF = Epargne

Biens de consommationSalaires bruts

Consommation finale

Production (offre)

Revenus

Demande

Les classiques raisonnent du côté de l’offre

Marché des biens

Marché du travail

Marché des capitaux

2. Ce modèle théorique repose sur un certain nombre d'hypothèses : a. Tout déséquilibre dans le circuit va être corrigé par le marché. Il est donc inutile que l’Etat intervienne dans l’économie àl’exception de ses missions propres à l’Etat-Gendarme. • Si la structure de la production est déséquilibrée par rapport à la structure de la demande, c'est à dire si la production de biens de consommation est trop importante par rapport à la consommation finale et celle des biens d'équipement insuffisante par rapport aux investissements, le prix des biens de consommation va diminuer et celui des biensd'équipement va augmenter. Les entreprises vont, de ce fait, abandonner une partie de la production de biens de consommation pour se consacrer davantage à celle des biens de production. Le rééquilibrage sur le marché des biens est automatique. Si l'épargne est supérieure à l'investissement, l'offre de capitaux est supérieure à la demande. Sur le marché des capitaux, le taux d'intérêt à long terme (le prixdes fonds prêtables) diminue. Les épargnants se découragent. En revanche, les entrepreneurs sont incités à emprunter pour investir. L'égalité entre l'épargne et l'investissement est donc rétablie.



b. Le niveau de la production (ou de l’offre) dépend de la dotation des facteurs de production, c’est-à-dire de la quantité de travail et de capital disponible dans le pays. Or, ces facteurssont toujours en plein-emploi. • Si le chômage se développe sur le marché du travail, l'offre de travail des salariés étant supérieure à la demande de travail des entreprises, le salaire réel (le prix du travail) va diminuer, ce qui baisse les coûts de production et accroît les profits des entrepreneurs. Ils sont donc incités à investir, et donc à embaucher les travailleurs en surnombre.Parallèlement certains salariés se retirent du marché car ils trouvent le salaire trop bas par rapport à la valeur de leur temps libre. Le marché redevient très rapidement en plein emploi. Le chômage n'est que transitoire.

c. Enfin, la "monnaie est un voile", c'est à dire qu'elle n'agit pas sur la production (la monnaie est « neutre ») mais seulement sur les prix. Si la quantité de monnaie augmente plusvite que la quantité de produits, les prix augmentent, ce qui entraîne une baisse du pouvoir d'achat de la monnaie (théorie quantitative de la monnaie). En conséquence, la politique de l’Etat doit se limiter à une politique monétaire de contrôle de la création de la monnaie de telle façon qu’il n’y ait pas d’inflation. 1. John Maynard Keynes est un économiste britannique, né en 1883, mort en 1946,qui va révolutionner la pensée économique, après la crise de 1929, en publiant deux livres : "Le traité de la monnaie" (1930) et la "Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie" (1936). Keynes se situe au niveau macroéconomique et raisonne à court terme en termes de demande. Il va s'opposer aux théories libérales des « classiques » et des « néo-classiques » du XIXe siècle. 2....
tracking img