Macroeconomie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2308 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
CHAPITRE I : INTRODUCTION AUX FLUCTUATIONS MACROECONOMIQUES

Les horizons temporels en macroéconomie :

A court terme et à long terme on remarque que le taux de croissance fluctue autour du taux de croissance moyen (qui est de 0.5 % en France.). Ces variations sont appelées fluctuations.
Lorsque le taux de croissance est négatif, on parle de période de récession. Et l’ensemble desfluctuations de l’activité économique à court terme est appelé le cycle conjoncturel ou cycle économique.
La théorie de la croissance économique à long terme repose sur la dichotomie classique :
Les variables nominales (prix, offre de monnaie…) n’influencent pas les variables réelles (production et l’emploi).
Cependant un certain nombre d’éléments montrent que cette dichotomie entre variablesnominales(ou monétaires) et variables réelles n’est pas vérifiée à court terme.
Cela entraîne que la théorie classique ne peut pas expliquer les fluctuations à court terme. C’est pourquoi une autre théorie est utilisée pour analyser ces fluctuations.

Mais pourquoi les modèles classiques reposant sur la dichotomie entre la sphère monétaire et la sphère réelle ne permettent-ils pas d’expliquer lesfluctuations de l’activité à court terme alors qu’ils sont pertinents à long terme ?
Cela est dû au comportement des prix :
• A long terme : les prix sont flexibles, ils s’ajustent aux variations de l’offre et de la demande de bien pour que les facteurs de production ( capital et travail) soient complètement utilisés.
• A court terme : de nombreux prix sont fixés à un niveau prédéterminé( rigidité des prix) et ne peuvent pas s ajuster aux variations de l’offre et la demande entraînant ainsi une sous-utilisation des facteurs de production.

Exemple : si la banque centrale réduit la masse monétaire de 5% :

• A long terme : l’offre de monnaie influence les variables nominales mais pas les variables réelles, ce qui entraîne une baisse de 5% de tous les prix tandis que lesproductions et l’emploi restent identiques.
Ainsi les mouvements de l’offre de la monnaie n’ont aucune influence sur les variables réelles( emploi+production) car les prix vont tout absorber.

• A court terme : de nombreux prix ne vont pas s’ajuster aux variations de l’offre de monnaie.
Ce qui veut dire qu’une baisse de 5% de la masse monétaire n’entraîne pas obligatoirement unebaisse de 5% des prix. Les prix sont assez rigides. Cette rigidité est très importante car du coup, l’impact de la politique monétaire n’a pas les mêmes conséquences qu’a long terme sur le prix.
Hypothèse de base d’analyse des fluctuations à court terme : prix rigides.
Pour comprendre les mouvements de l’activité, on va analyser l’offre et la demande grâce au modèle de l’offre et la demandeagrégée.

La demande agrégée :

La demande agrégée c’est la relation entre la quantité de bien demandée dans une économie et le niveau agrégé des prix. Autrement dit, elle décrit la quantité de biens et services que les agents sont prêts à payer pour acheter pour un niveau de prix donné.
Nous utiliserons la théorie de la monnaie pour étudier la demande agrégée.

1 Équation quantitative entant que demande agrégée

Dans ce chapitre nous supposerons que la demande agrégée découle de la théorie quantitative de la monnaie :
[pic]
Equation quantitative de la monnaie
[pic] : Offre de la monnaie
[pic] : vitesse de circulation de la monnaie (considéré comme constant)
[pic] : Niveau des prix de la monnaie[pic] : Volume de production de biens et services.

On remarque que l’offre de monnaie détermine la valeur nominale de la production.
On peut aussi écrire cette équation en termes d’égalité entre l’offre et la demande d’encaisse réelle.

[pic]

La demande d’encaisse réelle est fonction de revenu. Plus il y a du revenu, plus les agents économiques demandent des encaisses.
On voit aussi...
tracking img