Macroeconomique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 19 (4735 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Chapitre 1

L’historique de l’O.S.T

1. L’HISTORIQUE DE L’O.S.T
1.1 INTRODUCTION De tout temps l'homme a été conduit à penser et préparer son action pour rechercher l'utilisation des ressources naturelles, assurer sa subsistance, fabriquer ses outils, etc. A mesure de l'évolution de la civilisation, cette organisation sommaire s'est peu à peu développée. L’Organisation Scientifique duTravail -O.S.T- n'est pas donc une nouveauté. Cette conception est très ancienne. La révolution industrielle a posé de grands problèmes à l'homme, l’obligeant à élaborer des méthodes aptes à lui assurer une meilleure efficacité. De proche en proche s'est introduite une science particulière qui est devenue une absolue nécessité de la vie moderne. Si l'on dit que l'O.S.T est une science, c'est que sesprocédés, sans la plupart du temps faire appel à des notions mathématiques élevées, dérivent du raisonnement scientifique rigoureux. En même temps l'O.S.T est un art, puisqu'elle s'applique au délicat milieu humain. L'historique suivant sera relaté en montrant comment les principes ont été établis, pour cette science comme pour les autres, comment les techniciens sont passés des principes auxapplications, comment enfin les organisateurs modernes se sont efforcés de rassembler en quelques systèmes cohérents les expériences acquises. Il y aura donc trois parties : - Les maîtres de la pensée. - Les précurseurs techniciens. - Les écoles de l'organisation moderne. 1.2 LES MAÎTRES DE LA PENSÉE, LA DOCTRINE Le premier organisateur du travail connu est Xénophon (425-355 av. J.-C.). Il critiqua uneorganisation de travail humain à propos d'un atelier de fabrication de cothurnes à la chaîne. Le moyen âge et la renaissance révèlent des études d’organisation de chantiers assez remarquables, comme celles qui sont destinées à permettre l’implantation, en 1586, de l’obélisque (monument) du Vatican. En raison du poids dudit obélisque (327 tonnes), il fallut mobiliser 800 hommes et 140 chevaux.L’opération avait été décomposée en 52 mouvements, chacun d’eux étant commandé par une sonnerie de trompettes. Léonard de Vinci (1452-1519), un des génies les plus complets de la renaissance, fut un véritable théoricien de l'organisation. Il songea à appliquer la mesure des temps au travail et conçut des représentations visuelles des diverses phases du travail qui sont les ancêtres des modernes tableauxde planning. Francis Bacon de Venilam (1561-1626), chancelier d'Angleterre et célèbre philosophe, exposa les principes de la méthode expérimentale dont la logique devait anéantir les erreurs du moyen âge. Il constate les faits réels par l'observation objective, ce qui permet d'en découvrir les causes certaines. Cette procédure de raisonnement s'applique en constituant des tables de présence,d'absence, de degrés. 1

Chapitre 1

L’historique de l’O.S.T

René Descartes (1596-1650), impose des règles rigoureuses dans les préceptes d'étude du travail : une organisation rationnelle du travail ne peut aboutir avec sûreté qu'en analysant l'action, en la critiquant systématiquement, en constituant enfin la synthèse d'un processus dépouillé des actions improductives. Sous le règne de LouisXIV, Vauban (1633-1707) fit procéder au chronométrage global des terrassements entrant dans les travaux de fortification (construction de forteresses) qui lui étaient confiés. Il en déduisit une règle fondamentale, à savoir que la surveillance coûte moins cher que la diminution de travail qui résulte de son absence. Au XVIIIe siècle, l’organisation des ateliers se développe suivant deux voiesdifférentes, d’une part la division du travail, d’autre part l’ergonomie ; autrement dit l’étude de la dépense d’énergie humaine. Dans la première de ces voies, on peut retenir les travaux de J. R. Perronet (1708-1794), sur la division du travail dans la fabrication des épingles à Laigle ; dans la seconde, ceux de C. A. Coulomb (17361806) et de Lavoisier (1743-1794). Coulomb dégageait, dans ses...
tracking img