Macroepargne

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 29 (7120 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Macroéconomie de l’épargne (essai)

Pour le grand public, l’épargne se présente sous diverses formes de placements pouvant aller du compte d’épargne au bien immobilier, en passant par les obligations, les bons, les fonds communs de placement, les actions, l’assurance vie, les métaux précieux, les bijoux, les œuvres d’art, les meubles rares, etc. Pour les professionnels qui en font métier : lesbanques, les établissements financiers, les compagnies d’assurances, les courtiers, et autres, l’épargne monétaire des ménages ou des entreprises représente des fonds à collecter dans le but d’en tirer un profit, c’est-àdire un différentiel d’intérêt. Ainsi donc, le public et les professionnels n’ont aucune raison particulière de s’intéresser aux effets macroéconomiques de l’épargne qui sontpourtant d’une importance vitale pour l’économie d’un pays. A l’heure actuelle, si l’on cherche à connaître la place qu’occupe l’épargne en économie, il faut s’en remettre, comme le font les économistes, les banquiers centraux et nos dirigeants politiques, aux théories et définitions qui ont acquis droit de cité, à savoir : - la théorie de l’égalité de l’épargne et de l’investissement, qui laissesupposer que l’épargne sert à financer l’investissement, c’est pourquoi elle est encouragée, et - la définition comptable de l’épargne nationale prélevée sur les revenus (principalement des ménages), définition nettement influencée par la théorie sus-dite.

La théorie de l’égalité de l’épargne et de l’investissement Rappelons que cette égalité est fondée sur des données de comptabilité nationale ;elle s'écrit comme suit : C+I = X C+S = Y X = Y I = S Sachant d'une part que X représente le produit national, Y le revenu national et C la consommation, et convenant d'autre part que le produit national et le revenu national sont identiques, il s'ensuit que l'investissement I est égal à l'épargne S. Primo, cette équation exclut la notion de temps. Pourtant, poussée au-delà des données statiques surlesquelles elle repose, l'étude de cette expression montre que cette égalité entre l'épargne et l'investissement n’a plus d’équivalence si l'on introduit la notion de période. La raison en est simple : on ne peut épargner que ce que l’on a gagné. L’épargne provient donc nécessairement du revenu de la période antérieure ; comme il en est d’ailleurs de la consommation, on ne peut consommer qu’enpayant avec ce que l’on a gagné dans l’hypothèse où le crédit n’existerait pas ; hypothèse retenue dans l’expression mathématique, ce qui prouve déjà son insuffisance.

1

Secundo, en procédant par compensation cette équation masque des éléments déterminants dans le financement de l’économie nationale, que l’on ne peut ramener au seul financement de l’investissement, même si celui-ci occupe uneplace importante. Telle qu’elle est définie ici, l’épargne prélevée sur le revenu, recouvre nécessairement : l’épargne non employée à la consommation, la désépargne utilisée à la consommation, prélevée sur une épargne constituée antérieurement, l’épargne forcée, c’est-à-dire celle qui est destinée au remboursement des emprunts antérieurs, sachant en outre que cette épargne donne lieu àdestruction monétaire si l’emprunt a été accordé par une banque.

On vient à peine d’effleurer la complexité des opérations de financement de l’économie que le lecteur aura tout loisir d’examiner à l’exposé macroéconomique. L'épargne est un des plus puissants facteurs monétaires de ralentissement de l'activité de production, tandis qu'au contraire l'investissement (plus précisément le crédit) est un desplus puissants facteurs d'accélération. La dynamique du processus économique s'explique en partie par la dualité existant entre ces deux grandeurs qui sont interdépendantes.

L’expression mathématique est à la fois trop simple et insuffisante pour en déduire que l’épargne finance l’investissement. Elle exclut la notion de temps. Elle fait l’impasse sur toute autre source de financement,...
tracking img