Madame bovary (la mort d'emma)

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2271 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire

Le réalisme est un mouvement littéraire ayant pris naissance au XIX° siècle, avec des auteurs qui ont pour but de faire la peinture du monde extérieur de façon objective, pour rejeter toutes les formes d’idéalisation de la réalité. Gustave Flaubert, écrivain français du XIX° siècle, qui a vécut de 1821 à 1880, fait partie des auteurs les plus remarquables de ce mouvement. C’est sonexigence de style, son désir de faire vrai, de chercher le réalisme, qui lui vaut ce titre. En outre son exigence allait même jusqu'à mettre à l’épreuve le rythme de ses phrases dans ce qu’il appelait son « gueuloir ». C’est ainsi que la plupart de ses œuvres prirent en général plus de cinq années à être rédigées. Son œuvre Madame Bovary en est un exemple : il en a commencé le projet en 1851 pourqu’il soit publié six ans plus tard en 1857, sans compter qu’il ne fût pas satisfait de son travail une fois publié et en repris certaines parties. On ne peut pas dire que ce soit la première œuvre de Flaubert : il avait déjà beaucoup écrit sans publier… Quand Madame Bovary paru, Flaubert fut poursuivi en justice pour immoralité. Ce qui n’empêcha pas le roman d’obtenir un très grand succès.L’œuvre est divisée en trois parties, elles-mêmes divisées en chapitres. Sous-titré mœurs de province, ce roman éponyme raconte la vie d’une jeune femme, Emma, mariée à un médecin médiocre, qui tente d’échapper à la platitude de sa vie, à l’ennui de sa province, à ses mœurs. L’extrait dont il est question se situe vers la fin du roman, au chapitre 8 de la troisième partie. Avant de parler du textelui-même, intéressons nous au contexte. Emma Bovary, a contracté de nombreuses dettes, suite à l’aventure avec son amant Léon, et à cause du marchand Lheureux. Elle fait donc des dépenses toujours plus importantes pour des futilités. Dans le besoin d’argent, elle va alors voir Rodolphe, un autre de ses amants. C’est en partie ce personnage hypocrite, vivant dans le luxe et n’ayant pas d’argent à prêter,qui va pousser Emma à se suicider. Un soir, alors qu’elle rentre à Yonville, le pharmacien Homais lui confit l’endroit où trouver de l’arsenic. C’est en avalant ce poison qu’Emma va agoniser pour ensuite mourir. L’extrait traite de cette agonie, déjà commencée et de la mort de ce personnage. On peut le découper en trois temps : le réveil d’Emma, passage où elle perd de sa pâleur et se redresse deson lit pour demander son miroir. Puis l’agonie, où Emma commence à perdre contrôle d’elle-même et à exprimer toute sorte de symptôme. Puis l’Aveugle, l’apparition étrange du personnage et de sa chanson qui se clôt sur la mort d’Emma. Je ferais donc mon commentaire en étudiant quelle est la dimension symbolique de cette scène. Je commencerais par étudier la mort du personnage principal, puisj’étudierais le dénouement tragique de la scène, et enfin je traiterais la dimension ironique.

Flaubert nous montre tout son talent d’écrivain réaliste dans l’évocation de l’agonie du personnage principal. En effet, l’extrait présente de nombreuses comparaisons : « comme quelqu’un qui se réveille d’un songe » (ligne 9), « comme deux globes de lampes qui s’éteignent » (ligne 13), « comme si l’âme eûtfait des bonds pour se détacher » (ligne 15), comme au contrecoup d’une ruine qui tombe » (ligne 21), « comme un glas de cloche » (ligne 24), « comme un cadavre que l’on galvanise » (ligne 29). De plus le vocabulaire médical, et notamment les symptômes de la mort sont présent dans ce texte : « haleter » (ligne 12), « le râle » (ligne 21), « un cadavre que l’on galvanise » (ligne 29). On perçoit aussile réalisme de cette scène, dans la véritable désarticulation d’Emma. Chaque partie de son corps devient sujet des phrases et prends comme une autonomie par rapport au corps : « Sa poitrine[…]se mit à haleter » (ligne 12), « La langue[…]lui sortit hors de la bouche »(ligne 13), « ses yeux[…]pâlissaient » (ligne 13). Cette désarticulation est alternée par une véritable violence. En...
tracking img