Madame bovary

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (324 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
I UN PORTRAIT REALISTE UI REFUSE TOUTE IDEALISATION

les traits physiques du personnage en soulignent l'usure : elle est « ratatinée» - - l'auteur en marque l'abondance par une comparaison «plusplissé de rides qu'une reinette flétrie» ; l'état des mains=> cette longue vie de travail, - des objets comme les galoches « longues mains à articulations noueuses », des objets sculptés, par lesmultiples tâches « encroûtées, éraillées, durcies» ,« à force d'avoir servi ». la pauvreté du personnage par ses vêtements, de «pauvres vêtements» : une camisole, un tablier, un béguin «sans bordure »,et de «grosses galoches de bois », dont l'auteur met en évidence l'aspect ridicule. Un aspect de son état social: « un demi-siècle de servitude» ; cette servante fait les lessives; lave, fait amanger... 54 ans sans repot.Le narrateur ,une longue vie de souffrances, « ...l'humble témoignage de tant de souffrances subies». En définitive: Pas une grande dame, Catherine Leroux - ni aristocrate nibourgeoise, pas même une jeune Cosette ... bref, pas le moins du monde un profil d'héroïne romanesque.

II UN PORTRAIT PATHETIQUE QUI FAIT NAITRE LEMOTION

Flaubert présente cette femme en victimeaux lignes 1 et 2 : « petite vieille femme » «  qui paraissait se ratatiner ».Une femme qui a peur, comme on le voit aux lignes 16 et 17 : «  elle demeurait tout immobile », « ne sachant s'il fallaits'avancer ou s'enfuir », mais aussi comme une femme pas tout a fait par la description de sa tenue; « de grosses galoches de bois », d'un « un grand tablier bleu », et « d'un béguin sans bordures »,l.3 et 4. Tout reflète une usure extrème au travail et beaucoup de souffrances; Flaubert s'attarde pour expliquer les conditions difficiles du travail.
Ces mains qui enfin sont « l'humbletémoignage de tant de souffrances subies », l.10, et cette « rigidité monacale », l.11, montre paradoxalement que cette femme ne semble rien éppouver.

III UNE VISION TRAGIQUE DE LETRE HUMAIN

PAS...
tracking img