Madame bovary

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1480 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
L’ironie de Flaubert dans Madame Bovary est très discrète. Un lecteur peu attentif pourrait même dire qu’elle ne figure pas dans le roman. Pourtant, nous sommes capables d’en relever plusieurs exemples au cour de la lecture attentive et soigneuse. Ainsi, dans le chapitre VIII consacré au bal à la Vaubyessard, l’ironie vise de nouveau Emma et ses rêves romantiques.
La jeune femme se retrouvedans le monde dont elle rêve, qu’elle connaît grace à la lecture des romans romantiques effectuée pendant son instruction au couvent. Le bal lui témoigne de l’existance d’une autre vie que la sienne, ce qui approfondi encore l’abandon de l’héroïne.
Flaubert marque d’une façon à la fois discrète et perceptible, les passages où il est bien de réflèchir à un double sens. Il procède par des phrasescourtes, des interjections ou tout simplement des phrases qui brisent d’une description au’elles suivent. Mais non seulement. L’ironie se cache derrière des mots, de courtes expressions qui apparement ne signifient rien et ne servent qu’à la description d’une chose ou d’une personne. Mais dans le contexte du roman entier et surtout en comparaison avec l’immagination et les rêves d’Emma, nouscommençons à y voir les traits ironiques.

a.) Le romantisme d’Emma Bovary.
Le goût du romantisme d’Emma et en conséquence le romantisme en générale, constitue une des cibles préférée de l’ironiste dans Madame Bovary. Tout au long du roman nous en retrouvons des preuves. Ce chapitre n’est pas différent des autres sur ce point.
Ainsi le mot « pâle » et ceux de sa famille qui apparaissent plusieursfois dans ce chapitre dans les expressions « un front pâle » , « des rayons pâles » ( MB, p. 82), « safran pâle » (MB, 84), « la pâleur des porcelaines » (MB, p. 85), « une jeune femme pâle » (MB, p. 85) ou encore « les lampes pâlissaient » (MB, p. 85) renvoient à la vie romanesque dont Emma s’était fait idée en lisant les romans romantiques. La pâleur est considérée comme un trait del’aristocratie, de la noblesse. Ce synonyme de la beauté constitue un idéal à atteindre. N’ayant pas d’autre point de repaire que le couvent et le monde des héros romantiques, Emma s’est fait une fausse idée de la vie et malheureusement ce bal lui a donné la preuve qu’une telle vie peut exister.
Nous saisissons l’ironie qui se dégage de ces expressions si nous les rapportons au contenu du roman et au sortd’Emma. D’une part, sa vie est bien loin de celle des héroïnes romantiques dont elle rêvait. Elle habite dans un petit village, est une femme d’un médecin de campagne et le bonheur conjugal ne correspond pas à ce qu’elle espèrait. D’autre part, elle n’est pas innocente. Elle trompe son mari.
Il ne manque pas non plus de l’ironie visant à la fois Emma et le romantisme lui-même. Le caractère mystique duchâteau dont « [le vestibule est] pavé de dalles en marbre, très haut, et le bruit des pas avec celui des voix y retent[it] comme dans une église » (MB, p. 81) doit produire une forte impression sur Emma qui a vécu un certain temps au couvent. De même qu’une conversation entendue pendant le bal où « un cavalier (...) avec une jeune femme pâle (...) vant[ent] la grosseur des piliers deSaint-Pierre, Tivoli, le Vésuve, Castellamare et le Colisée au clair de lune ». Nous ne pouvons que s’immaginer l’effet produit sur Emma par la suite de noms des lieux inconnus d’elle. Mais les lieux ne l’importent autant que le « claire de lune », l’expression utilisée souvent par les romantiques, surtout que notre héroïne voulait se marier à minuit.

b.) Le contraste.
Ce procédé ironique est assezfréquent mais parfois difficile à saisir puisque il nous faut souvent le chercher dans des fragments assez éloignés l’un de l’autre.
Emma se prépare pour le bal et elle fait « sa toilette avec la consience méticuleuse d’une actrice à son début » (MB, p. 83). Cette affirmation ne serait pas si particulière si elle n’était pas suivie d’une phrase toute courte : « Le pantalon de Charles le...
tracking img