Madame bovary

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1545 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Sénécal-Audigou Isaline Lundi 19 avril 2010

1ère1

Français.

Commentaire littéraire, Madame Bovary de Flaubert.

Note :

Gustave Flaubert est un auteur du XIXème siècle, appartenant au courant réaliste. L’œuvre étudiée, écrite en 1857, s’intitule Madame Bovary. Elle raconte l’histoired’une jeune femme, Emma Bovary qui rêve que sa vie soit romanesque. Pourtant, elle épouse de Charles Bovary, qu’elle trompera avec deux hommes, Léon Dupuis et Rodolphe Boulanger. Elle finira par se suicider, à cause des illusions qu’elle s’est fait sur elle-même et sur sa vie. Cet extrait raconte l’avenir que désire Emma Bovary, mais la réalité qui la rattrape tout de même. En quoi cet extrait est-il unpassage clé de la construction du personnage d’Emma Bovary ? Tout d’abord, nous verrons l’avenir irréel qu’elle se crée puis le bovarysme.

D’une part, le rêve éveillé qu’Emma Bovary fait est l’avenir qu’elle souhaiterait avoir. Nous pouvons supposer qu’elle aimerait partir en Italie car à la ligne 15 elle parle de gondole : « Ils se promèneraient en gondole », plus particulièrement àVenise, la ville la plus romantique du monde connue pour ces gondoles. De plus, l’auteur utilise beaucoup de figures de style comme l’accumulation aux lignes 6/7 « des dômes, des ponts, des navires, des forêts de citronniers et des cathédrales de marbre blanc » qui renforce l’aspect romanesque de l’avenir qu’elle se construit. Puis les personnifications, ligne 8 « les clochers aigus portaient desnids de cigognes », ligne 10 « le murmure des guitares » et ligne 12 « des statues pâles, qui souriaient » permettent aussi d’insister sur cette idée qu’elle veut un avenir digne d’histoires de roman. Deux métaphores avec le cheval sont faites, ligne 3 « Au galop de quatre chevaux » et ligne 8 « On marchait au pas », cela peut nous laisser penser qu’elle aimerait partir loin d’où elle se trouve commeles chevaux lorsqu’ils galopent à leur gré dans la nature. En outre, il y a aussi des comparaisons, ligne 16 « facile et large comme leurs vêtements de soie », lignes 16/17 « toute chaude et étoilée comme les nuits douces » ici c’est leur existence dans ce monde qui est comparée. Puis leurs jours le sont aux lignes 18/19 « leurs jours, tous magnifiques, se ressemblaient comme des flots ». EmmaBovary ne peut se contenter de la vie simple qu’elle a car elle veut que sa vie soit un luxe quotidien, une magnificence de tous les jours. Enfin dans l’avenir qu’elle raconte les verbes sont au conditionnel, « ils ne reviendraient plus » l.4, « qu’ils s’arrêteraient » l.14, « ils habiteraient » l.14, « Ils se promèneraient » l.15, « ils se balanceraient » l.15 et « ils contempleraient » l.17 ; cesverbes soulignent que ce n’est qu’un rêve éveillé. Par ailleurs, nous ne sommes pas sûr de savoir avec qui elle souhaiterait partir dans ce monde si parfait tel qu’elle le décrit.

D’autre part, ce rêve n’est pas seulement l’envie d’Emma d’avoir nouvel avenir mais aussi la particularité du personnage en lui-même. Par ailleurs, le pronom « ils » restent en partie mystérieux parce que l’onsait qu’il désigne Emma, cependant on ignore qui est l’autre personne. Est-ce son mari ? Son amant ? Une personne qu’elle cherche encore ? Telle est la question. C’est seulement à la fin de l’extrait qu’on peut avoir une idée de qui est l’homme dont elle parle car son rêve est coupé à cause de son enfant qui tousse et de son mari qui ronfle. L’auteur désigne péjorativement le mari car ill’appelle : « Bovary ». On peut donc supposer que c’est avec son amant qu’elle veut partir loin de cette vie, qui la rend apparemment malheureuse. Par conséquent, Emma semble mécontente de la vie qu’elle a parce qu’elle ne dort même plus, l.1 « Emma ne dormait pas, elle faisait semblant d’être endormie ; et, tandis qu’il s’assoupissait à ses côtés, elle se réveillait en d’autres rêves. » ; elle fait...
tracking img