Maeva

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1769 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
LE MOUVEMENT OUVRIER EN FRANCE 



Introduction :

Au XIX° siècle, la condition ouvrière est médiocre.
Les ouvriers se révoltent donc, revendiques, font la grève.
Ces mouvements vont apporter des changements à ces conditions de vie…

Sommaire :

Ce dossier se divisera en 6 parties :

I) LA CONDITION OUVRIERE AU XIX° SIECLE
II) LES ASPIRATIONS DU MONDE OUVRIER
III) LESOUVRIERS S’ORGANISENT : LES SYNDICATS
IV) LES GRANDES LOIS SOCIALES
V) LA GREVE
VI) LE PAYSAGE SYNDICAL EN FRANCE AUJOURD’HUI
1

I) LA CONDITION OUVRIERE AU XIX° SIECLE
 
Dans une famille ouvrière, des conditions de vie médiocre à l’usine mais aussi quotidienne (logement et budget) :

Quotidienne :
Dans une famille ouvrière, il ne peut y avoir d’intimité entre les parents, et les conditions devie entre eux sont peu confortables par manque de place. Les ouvriers vivent dans la médiocrité car la surface (sans le couloir) d’un logement ouvrier est d’environ 18m² et en moyenne 9 ouvriers y vivent, ce qui fait 2m² par habitant. Ils vivent donc dans la misère.
Dans une famille d’ouvrier type, 75% des salaires de la famille sont utilisés dans la nourriture alors que le logement utilise 17%des salaires. A l’inverse les bourgeois utilisent 44% de leurs salaires dans le loyer et 13% dans la nourriture. Mais le salaire entre ces deux groupes sociaux est très différent : 760 francs pour les ouvriers et 40 000 francs pour les bourgeois. En plus du loyer, de la nourriture et des vêtements, les bourgeois peuvent dépenser dans la domesticité, les loisirs et peuvent aussi avoir une épargne,alors que les ouvriers ont seulement des dépenses imprévues (ustensiles, tabac,etc.).
Le budget entre une famille d’ouvriers en 1832 et en 1885 varie. Il passe de 760 francs à 1500 francs permettant aux ouvriers de dépenser dans l’éducation, dans les frais maladies, dans les loisirs, réceptions, dans le blanchissage mais aussi de faire des économies et des charités.

 

Dans les usines:
Les ouvriers travaillent dans les usines et ont en moyenne 8h45 de travail par jour (4h45 le matin et 4h l’après-midi pour l’usine de Charlottenburg). La paye elle, a lieu par quinzaine le samedi soir et comprend le total des heures de cette quinzaine. La nature de leur contrat de travail est un CDD car le plus souvent ils savent la fin de leur contrat. De plus ils ont des responsabilités :« Chaque ouvrier doit exécuter ponctuellement les ordres de son contremaître et réaliser le travail à la pièce ou au prix fait (accord) qui lui a été confié. » et « Chaque ouvrier doit toujours doit toujours fermer son établi et tenir dans l’ordre le plus parfait ses outils. Quand il change de poste ou quand il quitte l’usine, il doit remettre les outils au contremaître pour vérification. ».2
II) LES ASPIRATIONS DU MONDE OUVRIER
 

La classe ouvrière se soulève pour différentes revendications :

Revendications salariales : ils estiment qu’ils ne sont pas assez payés. (Pas assez d’argent pour la retraite.)
      
Revendication pour la durée du travail : 8h45 de travail par jour, pour eux il y a beaucoup d’heures.
      
Revendication pour les organisations de travail :L’ouverture des portes se fait à 6h45 puis fermeture à 6h55 alors que le travail commence à 7h. Les ouvriers en retard mais à l’heure pour commencer à 7h, perdaient une demi-journée à cause de cette fermeture précoce.
      
Autres revendications : Faire une retenue sur les meules trop rapidement usées.
 



3
III) LES OUVRIERS S’ORGANISENT : LES SYNDICATS
 
En Grande-Bretagne la grève aété autorisée en 1824, en pour la France en 1864.

En France, la loi qui interdisait les syndicats était la loi « Le Chapelier ». Promulguée le 14 juin 1791, elle proscrivait les organisations ouvrières, notamment les corporations des métiers, mais également les rassemblements paysans et ouvriers ainsi que le compagnonnage. Elle interdit de fait les grèves et la constitution des syndicats au...
tracking img