Mahdi elmandjra : "valeur des valeurs"

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1780 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Mahdi Elmandjra : "Valeur des valeurs"
La première édition du livre « Valeur des valeurs », du professeur Mahdi Elmandjra, tiré à 4 mille exemplaires, a été épuisée en deux mois, la deuxième édition révisée et enrichie est sous presse.

L’édition en arabe de ce livre, « Quimatou El Quiyyame », tirée à 5000 exemplaires est presque épuisée en seulement un mois et la seconde édition paraîtradébut mars. Les deux livres sont publiés par les Editions Najah El Jadida et leurs couvertures sont du grand peintre marocain Ahmed Ben Yessef. De quoi parlent-ils ?

Les cultures ne se clonent pas. Elles peuvent communiquer et s’enrichir dans le respect mutuel des différents « styles de vie ». Mais la mondialisation des systèmes de valeurs par la superpuissance, avant tout militaire, met cettechance en péril. C’est le message que veut transmettre le professeur Mahdi Elmandjra dans son dernier ouvrage, « Valeur des valeurs ».

Ce livre est composé de trois parties. La première traite principalement des valeurs et de la société ; la seconde insiste sur les rapports féconds entre les valeurs et la créativité alors que la dernière souligne la place de la mémoire en tant que valeur qui rejettel’amnésie... Pour Mahdi Elmandjra, « La mémoire : une valeur qui donne au temps son harmonie entre un passé qui se renouvelle, un présent éphémère et un avenir éternellement ouvert. On ne ‘ tourne pas les page’ on les relit régulièrement... » On peut détruire les infrastructures matérielles mais on ne détruit pas la mémoire d’un peuple comme le savent ceux qui aujourd’hui, en Israël, procèdent àdes éliminations ethniques... « Etre conscient de la valeur des valeurs c’est déjà une valeur en soi ». Mahdi Elmandjra pense que « Le commerce des idées et le monde de la créativité ne se négocient pas à la manière des accords du libre échange et ne se prêtent pas aux règles qui régissent les produits agricoles ou industriels. On n’occupe pas le champ culturel comme on occupe un champ debataille. Tout ce que l’on réussit, c’est exacerber d’un côté l’ethnocentrisme et l’arrogance culturelle caractérisant l’attitude d’un grand nombre de pays occidentaux, et accentuer d’un autre côté la résistance de la majorité des peuples aux agressions culturelles ».

Il livre une comparaison entre les obsessions qui effrayaient le monde, il y a 20 ans, et celles d’aujourd’hui : « Dans une émissionconsacrée à la prospective, il y a déjà plus de vingt ans, j’avais insisté sur le fait que l’Occident souffrait de trois obsessions : la démographie, l’Islam et le Japon (Dossiers sur l’Ecran- TF1, 24- 06- 1980). Aujourd’hui, la peur de l’immigration a remplacé celle de la démographie, la peur de la Chine s’est substituée à celle du Japon alors que la peur de l’Islam s’est amplifiée sous la formed’une islamophobie à visage découvert où l’on associe ouvertement Islam et terrorisme en ayant recours au terrorisme sémantique et au matraquage médiatique. On oublie que dans le monde musulman, le mot paix (essalam) est prononcé en moyenne un milliard de fois toutes les heures, soit près de 17 millions toutes les minutes ».

Il estime que « La paix passe par une meilleure communication culturelle,dénudée de mensonges et de discrimination dans les rapports internationaux ». Il vise par là à dénoncer ce qu’il appelle le mimétisme : « Le respect des valeurs des autres est la condition essentielle pour parvenir à une relativisation du concept de « valeurs universelles » afin de faciliter une véritable communication culturelle entre les peuples au lieu d’insister sur leur « adaptation », parmimétisme, à un « universalisme », préfabriqué et réductionniste aux niveaux de l’espace et du temps de l’histoire de l’humanité. « Le jour où la vie d’un Américain ou d’un Israélien vaudra la vie d’un ressortissant du Tiers monde en général ou d’un ressortissant d’un pays musulman en particulier, on se rapprochera de cet universalisme tant proclamé. Les dernières agressions barbares d’Israël...
tracking img