Maladie de sever

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1598 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
LA MALADIE DE SEVER
http://worldserver.oleane.com/edo/podologie/index.html

1. INTRODUCTION :

La maladie de Sever traduit l'atteinte du noyau secondaire d'ossification du calcan�um chez l'enfant de 8 � 15 ans, hyperactif. Lors des activit�s sportives cette zone va subir des contraintes et des microtraumatismes directs et indirects ( tractions musculaires, onde de choc � la r�ception dutalon au sol, ... ).

L'atteinte peut-�tre uni ou bilat�rale et se rencontre aussi bien chez le gar�on que chez la fille pr�sentant g�n�ralement une brievet� du tendon d'achille avec trouble statique associ� ( valgus d'arri�re pied dans 80% des cas ).

2. EXAMEN CLINIQUE :

La douleur est ressenti � l'effort et est calm�e au repos. Elle est retrouv�e au pincement lat�ral de la partie post�rieuredu calcan�um et � la dorsiflexion du pied. La marche sur la pointe est possible et est non douloureuse, � l'inverse de la marche sur les talons. La radiographie ne sera n�cessaire que pour �liminer un diagnostic diff�rentiel, l'aspect irr�gulier ou fragment� du noyau se retrouvant chez l'enfant normal.

Il semble que la pratique de certains sports favorise l'apparition d'un Sever. C'est le casde sports pratiqu�s pieds nus comme la gymnastique ou pratiqu�s avec des chaussures ne comportant pas de d�nivellation comme le football.

3. TRAITEMENTS :

Il est imp�ratif d'observer un strict repos sportif. C'est � dire qu'outre l'arr�t temporaire du sport pratiqu� par l'enfant, il est important que celui-ci observe �galement un repos d'activit�s extra sportives ( courses avec les copains,v�lo, ... ) pouvant solliciter son talon.

La correction du trouble statique doit �tre obligatoire et n�c�ssite le port d'une orth�se plantaire adapt�e, amortissante, stabilisatrice et correctrice. Il est illusoire de penser qu'une simple talonnette de silicone aura l'effet antalgique recherch�. D'une part parce que la silicone n'est pas un absorbeur de chocs et d'autre part le fait de placersous le talon un mat�riau aussi compressible et instable ne va qu'aggraver le trouble statique et par cons�quent les tractions sur le noyau.

La maladie de Sever n�cessite une prise en charge m�dicale et podologique. La reprise du sport sera progressive , sous surveillance du m�decin et de l'entraineur, avec port d'orth�ses jusqu'� la fin de la croissance afin d'�viter toute r�cidive.

copyright1999 Emmanuel DEGUY

MALADIE DE SEVER :
http://perso.wanadoo.fr/doc.doc/les_reponses.htm

A l'occasion de certains sports ( football, tennis, athl�tisme ....) et chez certains enfants particuli�rement actifs, il se produit un conflit entre le noyau cartilagineux d'ossification ( fragile ), et la traction exerc�e par le tendon d'Achille ( puissant ).

Il se cr�e, ainsi, desmicro-fissures au niveau de ce cartilage, ce qui g�n�re des douleurs.

L'�volution naturelle se fait en 6 � 24 mois par la soudure d�finitive de ces noyaux d'ossification et donc de la disparition de ce point "de faiblesse " et ainsi des douleurs.

Malheureusement le seul traitement c'est le repos sportif et la patience.

En effet, le sport aurait pour effet d'augmenter les tractions dutendon sur le noyau et, ainsi d'aggraver les micro-fissures, avec les risques secondaires :

* d'un arrachement osseux.
* d'une croissance vicieuse du calcan�um.

FRACTURES DE FATIGUE :

Lors de certaines circonstances, sport intensif et r�p�t� ou sport inhabituel dans son intensit�, le tissu osseux doit se renouveler trop vite par rapport aux possibilit�s des ost�oblastes,alors que les ost�oclastes poursuivent leur activit� de " nettoyage ".

Ainsi il peut se cr�er au niveau des os portants, au niveau de certaines zones o� les contraintes de soutien sont les plus fortes, des lignes " d�min�ralis�es ", �quivalentes � de v�ritables fractures.

Les os portants concern�s sont souvent :

* Le bassin, * Le f�mur, * Le tibia
* Le pied, le calcan�um...
tracking img