Malebranche et l'imagination

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1195 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Malebranche

A) Une approche naturaliste de l’imagination

Il s’inspire d’une conception classique de l’imagination : faculté des images, et les images sont des représentations de choses absentes. Malebranche essaye d’expliquer comment il est possible qu’un esprit puisse se représenter des objets en tant qu’absents.

C’est une approche presque neuro-biologique : l’imagination est unefaculté active de l’esprit. Quand l’esprit imagine, il exerce une activité qui consiste à se voir former des images.

Pour Malebranche, un être humain ne peut pas avoir l’image d’un objet absent sans recourir à un phénomène neuro-cérébral= déclencher une stimulation dans le cerveau. L’imagination est une faculté mixte : l’esprit et l’âme. Le cerveau est donc « plastique », modifiable. Celapermet d’expliquer les différences dans l’imagination : + forte, moins forte ….

Pour rendre compte des activités corporelles, il faut analyser le fonctionnement du système sanguin.

Malebranche se demande quels sont les points communs entre perception et imagination :

Pour la perception, la stimulation sensorielle vient du dehors et arrive jusqu’au cerveau. Pour l’imagination, c’est un circuitinterne : la stimulation vient du cerveau et redescend sur les nerfs, provoquant une stimulation assimilable à une stimulation sensorielle qui re-remontera au cerveau. Malebranche= cartésien, sépare l’esprit et l’âme ( = le corps) et les 2 sont reliés par le cerveau.

Qu’est ce qui permet à chacun de distinguer l’imagination de la perception ? Un indice : l’intensité d’une représentationimaginée est beaucoup moins forte et nous avons une influence sur ce que nous imaginons.

B) Le procès épistémologique de l’imagination

Elle est accusée d’être un obstacle majeur à la connaissance scientifique. Comme les sensations, l’imagination est source d’erreurs. L’imagination ne peut fonctionner qu’en alliance avec le corps. Malebranche admet l’utilité de l’imagination : elle a un rôleéducatif. L’imagination est nécessaire pour pouvoir se concentrer car nous avons une tendance à nous distraire. Mais elle pousse à l’erreur :

1° une erreur typique = la causalité

Le 15è éclaircissement développe clairement le problème de la causalité dans les sciences : le concept de causalité naturelle est flou, confus, car on mêle notre imagination à des données rationnelles. Une cause quiproduit un effet ( sous entend qu’une chose aurait un pouvoir de provoquer un changement dans autre chose. L’imagination élabore un scénario à partir de l’expérience sans s’en tenir aux conclusions que celles-ci autorisent.

Ex : causalité du choc physique entre 2 boules. Dans l’expérience, on peut constater qu’une certaine qté de mouvement s’est communiqué de la boule 1 à la boule 2. On peutdécrire cette communication selon des lois précises = l’orientation de la boule b est liée à des paramètres spécifiques de la boule 1. Cela correspond à l’expérience, donc à ce que l’on voit. Notre imagination rajoute la représentation que la boule A aurait le pouvoir de provoquer le changement de la boule B = le mouvement de la boule A serait la cause directe de la boule B. Ce faux raisonnementserait l’effet de l’habitude.

Le mouvement de la boule A peut néanmoins être la cause occasionnelle du mouvement de la boule B = c'est-à-dire, c’est le mouvement déclencheur. Mais la cause réelle est la loi physique qui nous permet de décrire l’expérience, c'est-à-dire issue de la volonté de Dieu. Hume a repris les arguments de Malebranche.

2) Une puissance de contagion des erreursL’imagination peut très facilement transmettre des erreurs. Qu’est ce qui passe dans les superstitions collectives ? Si certaines conditions sont réunies, les visions délirantes d’une personne sont transmissibles aux autres.

Il y a des gens qui ont une imagination forte : ils sont habités par les images qu’ils ont. Mais il y a des jeux d’influence des imaginations des uns sur les autres : la base...
tracking img