Malpertuis

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3762 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Michaela Barošová
216304

Le travail de la lecture des écrivains belges
Malpertuis de Jean Ray

Introduction :

Jean Ray (de son vrai nom Jean Raymond Marie de Kremer) est de nationalité belge, auteur né à Gand en 1887,mort en 1967. Il est considéré maître de l’horreur et il occupe la place la plus importante au sein de l'école belge du fantastique. Malpertuis, publié en 1945, est son premier roman fantastique. Son œuvre se caractérise surtout par des histoires pleines de fantômes et de créatures fantastiques ainsi que par les mondes intercalaires. La peur, l'idée de la survivance des dieux ainsi que l´identité dechaque individu sont les moteurs principals de ce roman. En plus, ce roman a été aussi adapté au cinéma par Harry Kümel. On va étudier successivement la structure du texte, le temps et l´espace, l´analyse de l´oeuvre entière ainsi que le style appliqué par l´auteur.
Structure du texte:
Ce livre est sous-titré « Histoire d’une maison fantastique ». Les mots qui composent ce sous-titre sontdestinés à séduire le lecteur potentiel dans un univers fantastique. Ce roman de Jean Ray présente une structure très travaillée. Il y a deux parties précédées d'un prologue et terminées par un épilogue. Chaque partie est divisée en 6 chapitres et entre les deux parties de ce livre il y a un chapitre intercalaire titré « La capture des Dieux ». La place que lui a choisi Jean Ray n’a rien d’un hasard. Sice chapitre sépare les deux parties des mémoires de Jean-Jacques, c’est pour forcer le lecteur à se concentrer sur quelque chose autre. En plus, il offre au lecteur la possibilité de comprendre les tenants et les aboutissants du roman.
Dans une partie initiale le matelot grec Anacharsis indique à des sectateurs les ordres d’un puissant sorcier, Cassave, et aussi une île appartenant au groupe desCyclades, où les survivants des anciens dieux de l’Olympe se sont réfugiés. Par la magie, les sectateurs s’emparent des survivants et les ramènent à Malpertuis. L’art d’un taxidermiste, Philarète, cousin de Cassave, leur donne figure humaine, et le sorcier, au moment de sa mort, les installe dans les murs de Malpertuis.
Malpertuis apparaît, depuis ce moment, comme un lieu mystérieux, où lesanciens dieux, aux figures démoniaques, tentent de survivre dans un univers dominé par le christianisme et l’Eglise.

Espace-temps :

L´histoire de ce roman est située dans une maison fantastique - Malpertuis. Étymologiquement, cela signifie la mauvaise (« male », en ancien français) maison (« pertuis »), c’est-à-dire la maison du mal ou du diable, la maison hantée. Le narrateur signale que le nomest celui que les clercs ont donné à l’antre du goupil dans le Roman de Renart. Une description terrifiante de cette édifice de pierre se trouve à la page 57 1:
« Elle est là, avec ses énormes loges en balcon, ses perrons flanqués de massives rampes de pierre, ses tourelles crucifères, ses fenêtres géminées à croisillons, ses sculptures grimaçantes de guivres et de tarasques, ses portes cloutées». Malpertuis est une maison maudite et effroyable. Aucune porte n'est fermée, aucune porte ne résiste, mais chaque pas est entouré de mystères terrifiants et de noirceur maléfique. Cette maison elle est construite par les hommes, mais elle outrepasse les limites de la vie humaine. Malpertuis est le point de contact entre deux univers, dont la rencontre est en réalité impossible : l'universnaturel et le monde des dieux . Le monde naturel dissimule alors un autre monde, le monde des dieux qui est parallèle au premier. La plupart de ceux qui y vivent n'ont plus que des noms et des corps humains, mais en réalités ce sont les dieux antiques. Dans cet oeuvre, ce qui est intéressent, c´est que celui qui déambule revient tout le temps au même endroit sans savoir comment. Une promenade de...
tracking img