Malpsycho

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 25 (6057 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 mai 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
1. La maladie comme stress (psycho-somatique)
La santé est un état statistiquement rare mais pas anormal du tout pour autant.
J. de Ajuriaguerra
"Théoriquement toute maladie est psychosomatique" prétendait Alexander. Encore faudrait-il s'entendre sur le sens à donner à ce mot, et pour sortir de la confusion dans laquelle les théories psychosomatiques s'enlisent il faut revenir d'abord àPasteur qui avait déjà compris que "le microbe n'est rien, le terrain est tout". En effet le même bacille du charbon qui a pu foudroyer une poule exposée au froid extérieur, s'est révélé inoffensif lorsqu'il a été inoculé à une poule maintenue bien au chaud. Pas de psychologie apparemment à ce niveau mais seulement la faiblesse de l'organisme. Toute maladie s'introduit dans les blessures du corps, corpsfatigué, usé, vieilli, brisé.

La cause des maladies est d'abord matérielle, environnementale. Une maladie indique un déséquilibre, une limite de résistance du corps. Elle a donc valeur de signe en même temps que de menace. C'est par sa valeur de signe qu'on a voulu faire de la maladie une création de l'esprit ce qui est une confusion de différents niveaux (signe biologique, signe hystérique,signe médical). Il faut maintenir que les maladies résultent d'un dysfonctionnement corporel, cependant même à ce niveau, on ne peut ignorer la dimension dépressive qui accompagne les infections ou l'épuisement du corps. On doit considérer ainsi l'humeur comme corporelle (ce que Kojève appelle le tonus) alors qu'on sait bien que l'humeur est par définition psychique, c'est l'âme même où se mêlentreprésentation de l'extérieur et intériorité du corps dans l'affect, notre disposition, notre attitude (stimmung), notre "puissance d'agir" (Spinoza). Impossible ici de distinguer psyché et soma.

L'humeur, on le sait, fait partie intégrante du système immunologique. Le cerveau est une extension de la peau et les molécules chimiques en jeu dans l'humeur et l'irritation du système immunitaire sonttrès proches. Les faiblesses du corps se traduisent presque toujours à la fois par une dépression de l'humeur (même pour une grippe) et un affaiblissement corollaire des protections immunitaires. La causalité est, comme toujours pour le vivant, circulaire, rétroactive. La détresse corporelle se traduit en détresse de l'humeur qui elle-même aggrave la détresse corporelle. C'est pourquoi on peutprêter quelqu'efficacité ponctuelle à l'auto-suggestion ou à l'hypnose sur l'humeur, mais la pensée positive ne tient pas longtemps si les fonctions sont déficientes. La plasticité du corps a ses limites qu'il ne suffit pas de nier. On ne répare pas les usures du temps comme si on pouvait revenir complètement en arrière. Cela ne veut pas dire qu'on ne peut rien y faire.

Dès lors que l'humeurretentit sur le corps, on comprend bien que pour un être social les relations et la reconnaissance sociale soient vitaux. La détermination psychique par les discours est donc primordiale dans la plupart des affections du corps. En ce sens, oui, la plupart des maladies sont des maladies de l'âme, mais cela veut dire aussi que ce sont des maladies sociales (sociosomatiques), maladies de la relation oùles mots nous atteignent dans notre chair.

En admettant, après ce détour nécessaire, le caractère psychique et social de nombreuses maladies, comme internalisation des conflits extérieurs, il faut encore distinguer les différentes modalités de perturbation du corps par l'esprit. Notre pente "naturelle" est de prendre tout symptôme pour un symptôme hystérique, c'est-à-dire comme un message quinous est adressé, puisque pour les êtres parlants que nous sommes, tout fait sens. Les symptôme hystériques existent à l'évidence, paroles incorporées, mais la dimension psychique du stress est tout autre chose. Ce serait plutôt un manque d'expression, inaccessible à une psychanalyse trop souvent prise dans la pensée magique (tout est langage). Cela ne veut pas dire que le stress ou la douleur ne...
tracking img