Mamma

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (586 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Débat sur la relance en Italie
Rome Correspondant
Silvio Berlusconi a salué le retour de la croissance économique en Italie (+ 0,6 % au troisième trimestre 2009) avec un tel élan qu'il contreditl'optimisme dont il faisait preuve quand il minimisait l'ampleur de la crise. "L'Italie, a déclaré le président du conseil, a réalisé des progrès incroyables, entraînant la plupart des pays d'Europevers le redémarrage de l'économie." L'Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE) table, pour 2010, sur une croissance de 1,1 %, comparable au rythme enregistré par l'économieitalienne depuis les années 2000.
Mais, à voir la figure de Droopy maussade du ministre de l'économie italienne, Giulio Tremonti, on peut se demander si, pour lui, les bonnes nouvelles ne sont pasplus difficiles à gérer que les mauvaises. De tous côtés, on le presse de prendre des initiatives pour soutenir la reprise. La Confindustria, le patronat italien, souhaite, à l'exemple de la France etde l'Allemagne, une baisse de la taxe professionnelle (IRAP) et un allégement de l'impôt sur le revenu (Irpef). Les syndicats et les partis de gauche attendent une "politique de relance" pour sauverles emplois.
La majorité, elle aussi, s'impatiente. Des ministres, comme celui de la fonction publique, Renato Brunetta, accusent M. Tremonti de "bloquer les projets de manière aveugle, sourde etconservatrice". Parmi eux, le plan pour le développement du Sud, l'économie verte, les énergies alternatives et l'accès à Internet via les réseaux à large bande. La presse italienne a calculé que cesdemandes atteignent 17 milliards d'euros. "Nous ne pouvons pas dépenser plus que nous avons", a expliqué le ministre des finances, fustigeant "les guérisseurs et les Docteur Folamour" de l'économieitalienne.
Dans ces conditions, doit-on croire à la reprise italienne ? "Pour l'instant, il ne s'agit que des signaux de reprises, tempère Fabio Pammolli, directeur du centre d'études économiques (CERM)....
tracking img