Management chine

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1084 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
III)      Le management interculturel  
Qualités nécessaires pour réussir à manager en Chine « La Chine n’est pas un pays, c’est un Monde à part, représentant 20% de l’Humanité, avec ses règles, son Histoire, son mode de pensée, ses non-dits et, avant tout, la Force du Nombre. La Chine peut fasciner ou faire peur, paraître belle ou inspirer le dégoût, mais, si on se donne la peine d’essayer d’endécouvrir ne serait-ce qu’une petite partie, elle ne peut laisser indifférent. Il faut donc laisser au placard ses références occidentales, et tout ce qui paraît normal en Occident pourra induire des montagnes de problèmes en Chine ».
 
Essayer de faire pousser des radis en tirant dessus n’apporte pas de résultats convaincants - Proverbe chinois
 
Prendre du temps
 
Les Occidentaux, eten particulier les Français, se plient difficilement aux représentations du monde et aux conceptions spatio-temporelles des Chinois. Aujourd’hui, seuls le temps passé en Chine et des connaissances culturelles et linguistiques aident les Français expatriés à dépasser cette contrainte et à atteindre leur efficacité optimale. C’est le meilleur facteur d’intégration professionnelle en Chine, plusqu’ailleurs ; un minimum de 2 ans après l’arrivée est indispensable pour obtenir une bonne efficacité.
 
Se connaître et accepter le point de vue de l’autre
 
A l’adaptation difficile s’ajoutent des réactions exagérées, naturelles dans un environnement complexe ou hostile : surgissent alors des comportements peu nuancés, réponse inconsciente à une situation éventuellement dangereuse.L’adaptation dépendra évidemment de la capacité du manager à se questionner sur ses propres fonctionnements, ses schémas de représentation, et à apprendre de ses difficultés : s’interroger, avant de partir, sur ses capacités personnelles à accueillir des différences de comportement, de management ou de vie quotidienne... et à faire évoluer ses employés et son management, chinois ou non.
 
  Savoirs’interroger sur son attitude : mesurer à quel point nos croyances peuvent biaiser notre adaptation. Avoir préparé des arguments et des comportements contre « notre caractère de missionnaires détenteurs de vérités universelles à propager », « notre prédilection pour l’argutie ».
 
  Faire preuve d’empathie : se mettre à la place de l’autre, le comprendre, pour mieux saisir l’ensemble des données propres àla relation - sans nécessairement avoir à adopter son point de vue. Accepter les différences et essayer de mieux les appréhender.
 
Comprendre sa propre culture du conflit
 
Une grande partie des personnes interrogées ont confirmé l’impression initiale selon laquelle les Chinois répugnent au conflit direct et ouvert, réputé socialement inacceptable. Les réactions individuelles desrépondants face à des situations plutôt larvées dépendent de leur personnalité et de leur capacité à comprendre le point de vue de leur interlocuteur, quelle que soit sa culture. Le respect de l’harmonie, valeur confucéenne de référence, entraîne une profonde aversion des Chinois pour les conflits ouverts. Cela se traduit par des jeux indirects, non pas par l’absence de conflit. Ces données culturelles debase ont des conséquences personnelles et relationnelles nombreuses pour les Français de l’enquête. Elles sont la principale source de confusion et de malentendus, qui rendent difficile la communication et compliquent l’harmonie des attitudes. Elles constituent, pour nombre des personnes interrogées, un frein à l’efficacité de leur travail dans le contexte chinois.
 
  Développer sa capacité às’interroger sur ses schémas personnels, accepter l’observation sans références trop marquées. Savoir s’interroger soi-même en permanence, même après le départ, sur « ma réaction personnelle par rapport aux engagements non respectés ».
   Conserver la vision globale des problèmes : assurer la délégation (surveillée, diront certains) et le découpage des tâches, qui ne font pas toujours bon...
tracking img