Management des connaiossance

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1954 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le knowledge management, une approche qui échappe aux DRH
jeudi 3 juillet 2003, par Collecte CND F.M
Le knowledge management s’intègre dans une stratégie nouvelle misant sur le partage du savoir et le développement du capital intellectuel des entreprises en favorisant le dialogue entre savoirs des individus et celui des organisations. Hakim Belkébir, consultant en ressources humaines etdéveloppement, décortique ce nouveau concept et les méthodes et outils nécessaires à sa mise en place.

L’Economiste : Comment peut-on définir le knowledge management ?
 Hakim Belkébir : Le knowledge management (KM) est un ensemble de processus de valorisation de l’activité et de la compétence de l’entreprise. Il s’appuie sur la circulation et la capitalisation des connaissances générées parl’utilisation des nouvelles technologies de l’information.
Le KM consiste à structurer et développer le capital intellectuel des organisations. C’est un ensemble évolutif de technologies et de méthodes qui permet de constituer et partager (mutualiser) les savoirs caractéristiques, savoir-faire et compétences des entreprises. Il crée de la valeur à travers des processus qu’il favorise et oriente partransformation de l’information, des compétences ou de l’expérience en connaissances formalisées, accessibles et partagées. La démarche du KM s’inscrit dans la concrétisation de ces tendances en les faisant tendre vers des objectifs tels que l’acquisition des savoirs existants, la création des savoirs nouveaux, le développement des ressources humaines, ainsi que leur capacité d’assimilation etd’utilisation des connaissances.
Il s’agit donc de constituer une mémoire d’entreprise...
 En effet, il s’agit de capitaliser les savoirs et savoir-faire, constituer une mémoire d’entreprise, développer les nouvelles technologies afin de favoriser le flux et les échanges dans et en dehors de l’entreprise. La connaissance est un enjeu économique majeur de demain. Créer, capitaliser et partager son capital deconnaissances est une préoccupation de toute organisation performante. Mais gérer son capital savoir ne consiste pas seulement à diffuser les informations par la mise en place de nouvelles technologies. C’est un programme à long terme qui part d’une volonté stratégique, qui passe par une bonne analyse de la nature même du savoir et du savoir-faire de l’entreprise, et qui aboutit à la mise en placed’outils variés et adaptés.
Justement, quels sont les outils et paramètres nécessaires à la mise en oeuvre d’un système de KM ?
 L’offre du marché, pour bâtir des systèmes de gestion des connaissances, devient pléthorique et relativement floue. C’est souvent l’occasion de “faire du neuf avec du vieux”. Pour s’y retrouver un peu, une classification des briques de base utilisables dans un systèmede KM s’impose. En fait, ce n’est pas d’une approche par type de technologie dont il s’agit, mais plutôt par type de connaissance gérée : connaissance tacite et connaissance explicite. Pour revenir aux outils, il en existe plusieurs. Ils peuvent aller de la “simple” gestion électronique de documents jusqu’à la mise en oeuvre de logiciels spécifiques sous tendus par des méthodologies de managementdes connaissances de type “retour d’expérience” (appelées communément méthodes REX...), en passant par les moteurs de recherche plus ou moins sophistiqués. L’objectif de tous ces outils est de présenter à l’utilisateur l’information nécessaire au bon moment. Celle-ci comprend aussi celle que l’utilisateur ne s’attendait pas à retrouver. Les logiciels qui s’appuient sur ces méthodes prennentgénéralement en charge la collecte des connaissances. Il en résulte que chaque événement de la vie de la collectivité va être enregistré dans le système. Par exemple, pour capitaliser les connaissances acquises par une équipe projet, il faut enregistrer dans le système les documents, le contenu des réunions, la description des problèmes, les actions qui en découlent... Le tout peut ensuite être...
tracking img