Management des organisations

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1048 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Management des organisations

Matière transversale aux différentes spécialités

====( elle permet de relativiser les solutions toutes faites des autres disciplines.

Concepts : comprendre ce qu’ils peuvent apporter à un cours, sans qu’ils soient l’objet de celui-ci. (il ne s’agit pas de faire un cours de type universitaire).

Horaires : 1 + (1) : cela paraît peu compte tenu des nouvellesméthodes d’enseignement préconisées.

3 heures en terminale ! ! ! !

Démarche novatrice : Exemple ===( analyse ====( conceptualisation pour les enseignants : ===(notions pour les élèves

Concept de management

Vient de manéger (XVIIe siècle) = « art de conduire habilement les chevaux aux manèges »

=====( sens figuré = « manœuvrer habilement » (France XVIIIe siècle) puis c’est devenu« conduire une entreprise ».

====( Management = « art de conduire habilement une organisation »

- Le manager oscille en permanence entre :

• l’application de méthodes et techniques (en les adaptant au contexte du moment) ;
• le recours à l’intuition (créativité managériale).

===( art du manageur = trouver l’équilibre entre réflexion et action.

===( Différent de l’économied’entreprise (vision dynamique) : des entreprises échouent et d’autres pas (elles ont des facultés d’adaptation).
Ce n’est pas de l’économie d’entreprise car : c’est un problème de coordination des ressources et non plus de leur allocation optimale.

==( nous ne nous plaçons plus dans un univers d’optimisation comme en économie d’entreprise

==( pluralité des organisations =( contingence desajustements. Les organisations ont toutes un impact sur la création de la richesse nationale.

En effet, si les organisations ont des finalités différentes :

- entreprises : le profit ;
- le secteur public : l’intérêt général,
- l’association : le surplus

les mêmes méthodes peuvent être adaptées à ces objectifs opposés :

• Ainsi, la modernisation des services publics (réforme del’État) est une réalité incontournable. Elle requiert des approches, des méthodes et des outils qui, pour beaucoup, ont fait leurs preuves dans le secteur privé (ex : focalisation sur le client ou l’usager).

• D’autre part, il y’a une plus grande proximité dans la difficulté d’adaptation des méthodes et des outils entre une mairie et une PME qu’entre cette même PME et une multinationale.

•De même, le management privé est obligé de tenir compte des objectifs collectifs imposés par la société :

- contraintes légales (satisfaction de l’intérêt général) : ex : les normes ;
- pression des consommateurs (qualité, sécurité alimentaire, éthique, environnement…)

==( échange des expériences en matière de management entre entreprises du secteur privé et organismes publics.C’est également vrai avec les associations qui se substituent de plus en plus aux missions du secteur public à moindre coût (bénévolat).

ANALYSE DES INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

Si les finalités sont différentes, les méthodes de coordination analogues.

ex : FAYOL dans sa fonction « administration » (équivalent au management) décompose en cinq opérations : prévoir, organiser, commander,coordonner, contrôler.

Dans un contexte où l’environnement est de plus en plus instable, les mécanismes de coordination doivent être plus souples. MINTZBERG, auteur dont le programme s’inspire, suppose que la coordination se réalise selon cinq procédés (indications complémentaires du programme, paragraphe 1) :

- ajustement mutuel : coordination des activités par contact direct ;
- supervisiondirecte : coordination par la hiérarchie ;
- standardisation des tâches : formalisation des procédés ;
- formalisation des résultats : l’organisation définit le résultat à atteindre lorsque les tâches sont trop complexes pour être prescrites ;
- standardisation des qualifications : l’organisation ne peut spécifier ni les procédés ni les résultats à atteindre, et détermine alors...
tracking img