Management des risques et gouvernance de l'entreprise

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2801 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Copie de management Session 2005 Sujet : « Gestion des risques et gouvernance de l’entreprise »

Le drame de Tchernobyl ou bien, plus proche de nous, l’explosion de l’usine AZF à Toulouse sont des exemples de crises auxquelles aucune entreprise n’est à l’abri. Ces crises ne sont que la manifestation de menaces ou de risques susceptibles de frapper à tout moment. Face à un environnementinstable, incertain et complexe comme l’affirment LAWRENCE et LORCH, nos entreprises sont confrontées à une multitude de risques qui se sont complexifiés et diversifiés. Un risque peut se définir comme un danger, un événement plus ou moins probable et préjudiciable pour l’entreprise. Avant, la nature du risque était facilement identifiable, cela pouvait être un accident, une panne de machines par exemple.Aujourd’hui, les entreprises doivent anticiper des risques nombreux et qui s’entremêlent. Nous pouvons d’ailleurs aisément en dresser une typologie. Il peut y avoir le risque concurrentiel (qui se caractérise par la menace des concurrents, des entrants potentiels, de produits substituts comme le décrit M.PORTER (1985) au travers les 5 forces concurrentielles), le risque technologique (un exemplerécent, le « bug » de l’an 2000 et plus largement tous les risques liés à l’apparition continue de nouvelles technologies provoquant alors l’obsolescence des anciennes), le risque opérationnel (qui va concerner les opérations courantes comme par exemple la menace de rupture de stock), le risque financier (menace d’insolvabilité de l’entreprise), le risque climatique (la tempête de 99), le risqueenvironnemental (comme la pollution qui peut engendrer des coûts de réparation pour l’entreprise), le risque d’information (l’asymétrie informationnelle notamment) et enfin le risque stratégique (quelle est la probabilité que les orientations stratégiques retenues réussissent ?). L’ensemble de ces risques constitue donc une menace pour l’entreprise, cette dernière pouvant être appréhendée comme uneréunion de moyens humains, matériels et financiers afin d’atteindre des objectifs. Il semble donc nécessaire de les gérer ce qui peut s’appréhender de deux manières : la gestion technocratique qui consiste à les identifier au fur et à mesure qu’ils apparaissent et entamer un processus préventif pour tenter de les réduire voire de les éliminer ; la gestion structurelle qui consiste, au lieud’anticiper et de se prémunir, à attendre la réalisation du risque et à s’adapter en temps réel. L’objectif en tout cas de la gestion des risques tient à éviter que ces derniers soient coûteux pour l’entreprise et donc susceptibles de lui faire perdre de la valeur. Cette notion est d’ailleurs au centre des préoccupations de la gouvernance de l’entreprise qui peut se définir comme l’ensemble des procéduresqui permettent aux propriétaires de l’entreprise (actionnaires) de contrôler les dirigeants (managers) en s’assurant que ces derniers pilotent l’entreprise dans une perspective de création de valeur actionnariale (vision court terme de TACKOR) mais aussi et surtout partenariale (vision long terme de DONALDSON, PEARSON, FREEMAN) qui prend en compte toutes les parties prenantes de l’entreprise(salariés, clients, fournisseurs, créanciers, actionnaires). Ici, l’entreprise est vue comme étant une firme managériale c’est-à-dire avec séparation propriétaires/dirigeants. La création de valeur est donc la notion qu’il y a derrière celle de gouvernance d’entreprise. On peut alors se demander comment faire converger la gestion des risques, qui revient au dirigeant, vers une création de valeur pourtous. Nous verrons que cela dépend de la façon dont sont gérés les risques, préventive (I) et adaptative (II) mais aussi du comportement des dirigeants face aux risques (III).

I – La prévention des risques : une bonne alternative pour gouverner dans le sens d’une création de valeur partenariale Il s’agit de montrer que l’entreprise dispose de moyens pour anticiper les risques (A) ce qui...
tracking img