Management etude de cas nissan

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2105 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Dans cette étude de cas « Nissan » nous allons parler du redressement de Nissan par l’entreprise Renault. Avant de commencer ce rapport nous allons voir une brève présentation de chacune des entreprises afin de situer le contexte.
Nissan est un constructeur automobile japonais fondé en 1932, il est dans les années 1970 le deuxième constructeur japonais derrière Toyota. A la fin des années 90l’entreprise est au bord de la faillite, et conclue une alliance avec Renault qui détient alors 43% des parts de Nissan, contre 15% des parts de Renault au groupe Nissan. Nissan est également présente à l’international, présente dans plus de 190 pays, l’entreprise possède des usines d’assemblages dans plus de 20 pays à travers le monde.
Renault est un constructeur automobile français fondé en 1899nationalisé pendant la seconde guerre mondiale puis privatisé dans les années 90. Afin de pouvoir rivaliser avec les grands groupes mondiaux Renault s’allie avec Nissan. Actuellement Renault est la marque la plus vendue en France, mais à été dépassée au niveau européen par Volkswagen et PSA.
Renault est donc une entreprise de taille plus petite que Nissan au niveau mondial, malgré cela Renault àréussi via sa politique de management à réhabiliter Nissan sur le plan International, quels sont donc les clés de ce succès ?

A la fin des années 90, l’industrie automobile est globalement « saine », peu de dettes, marge de progression importante. Dans un contexte économique pourtant plutôt favorable Nissan est en mauvaise santé. Une perte de clients en hausse constante depuis 1974 sur lemarché japonais et depuis une petite dizaine d’années sur le marché international. L’entreprise est également endettée, et ne fait plus de profits. Comment peut-on expliquer cette situation dans un tel contexte ?
Carlos Ghosn relève cinq raisons de la spirale de l’échec :
* L’entreprise ne possède pas une orientation profit.
* Nissan ne répond pas à la demande des clients de son marché,elle préfère imiter ses concurrents.
* Malgré que les japonais travaillent très bien en équipe (dans un même service / région) le travail transversal est très difficile.
* Le fait que l’entreprise est sur une pente descendante depuis dix ans, cela montre bien que le sens de l’urgent est insuffisant.
* Les employés de Nissan ne savent pas quels sont les objectifs de l’entreprise, iln’y a pas de stratégie et vision à long terme.
C’est donc dans ce contexte que l’entreprise fait preuve d’humilité et se doit de trouver un partenaire pour ne pas faire faillite. Les plus gros constructeurs mondiales se montrent intéressés mais se retirent tous les uns après les autres car ils relèvent trop de risques. C’est ainsi que seul Renault reste en lice et analyse les opportunités, lesforces et ce que pourrait apporté un redressement et une alliance avec Nissan. Le fait que la stratégie de redressement fonctionne est dû à une très bonne analyse des menaces, des forces & faiblesses de la part de Renault. Contrairement à ses concurrents pour le partenariat avec l’entreprise japonaise, Renault vois très bien ce qu’il pourrait apporter à Nissan et vis versa, tout cela dans un contexteéconomique favorable à l’industrie automobile.
Les trois points forts relevé par Renault sont les suivants :
* Nissan est une entreprise internationale présente dans 192 pays.
* L’entreprise possède un des systèmes de production les plus performants au monde.
* Nissan est leader dans plusieurs secteurs tel que les transmissions et les motorisations.
Il est très clair que Renaultentrevoit un partenariat aussi bien commercial que technique dans une alliance avec Nissan. Sur les secteurs où une entreprise est forte, elle peut augmenter les performances de l’autre sur ce même secteur en utilisant ses réseaux et ses compétences. Le fait de faire une alliance et non fusion est une chose importante, car les entreprises possèdent une culture très différente. Déjà de par la...
tracking img