Management interculturel

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1237 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
-------------------------------------------------
FICHE DE LECTURE

Titre de l’ouvrage : Déjouez les pièges des relations interculturelles : Et devenez un manager de l'international 
Auteur : Virginia DRUMMOND-GUITEL 
Edition : GERESO Edition 2e édition
Lieu de l’édition : Le Mans, FRANCE
Nombre de pages : 224 pages
Parution : 09 Mars 2008

Lecture : Chapitre 4 L’interculturel ausein de l’entreprise PP 41-49



Parties | Idées soulevées | Arguments avancés |
L’étendue de l’influence des cultures nationaleset des cultures autres dans des situations concrètes Pp 41-44 | Diverses catégories de culture coexistent dans l’environnement interne et externe de l’entreprise.Ces différentes cultures jouent un rôle important ausein de l’organisation et sont des facteurs non négligeables de la complexité de celle-ci.D’une manière concrète, les différences interculturelles influencent la vie de l’entreprise à trois niveaux : le marketing et la communication externe, le management stratégique et organisationnel, la gestion des ressources humaines. | * La culture nationale et les cultures régionales unissent les individusdans une même référence par rapport à leur origine. * La culture professionnelle ou de métier, unit à travers le savoir-faire, le contenu et le vocabulaire technique d’une même profession, les personnes issues de différentes nationalités. * La culture organisationnelle ou culture d’entreprise unit les individus de professions et, même, de nationalités différentes dans un même projet ou ausein d’une même organisation. * La culture de secteur caractérise le comportement plus ou moins compétitif ouinnovant des entreprises appartenant à un marché quelconque. * La culture fonctionnelle est un ensemble commun de valeurs propres partagé par des personnes travaillant au sein d’un même département. * Les différentes cultures sont utilisées comme des mécanismes identitaires ou commeoutils de résolution de problèmes au sein d’une structure. * La culture de métier, par exemple, peut exercer un rôle de catalyseur capable d’établir une identité professionnelle commune qui servira alors de référentiel dans un contexte de travail d’équipe formée de différentes nationalités, mais elle aura des limites, car elle ne permettra pas d’obtenir un nivellement des comportementsindividuels. * Afin de travailler ensemble, les individus cherchent à créer ou identifier des référentiels communs. * La culture de métier, par exemple, peut être utilisée comme outil d’identification ou d’adhésion au groupe, de manière plus intense par des Français, que par leurs partenaires Japonais. * Selon le grand sociologue Renaud Sainsaulieu : « l’entreprise est une institution de transformationculturelle par l’intensité, la durée et la complexité même des rapports humains qu’elle meten œuvre au cours de ses fonctions. » * La sensibilité culturelle permet à l’entreprise de tenir compte des spécificités locales, des comportements et des goûts des consommateurs. * La sensibilité culturelle permet auxentreprises d’effectuer des choix convenables en matière d’internationalisation et degestion stratégique. * Avoir une sensibilité culturelle permet d’adapter les différentes politiques de gestion des ressources humaines (recrutement, promotion, évaluation, mobilité internationale...) et de comprendre le fonctionnement réel de l’organisation. |
Les choix fondamentaux du management organisationnelet leurs implications interculturellesPp 44- 46 | Le management organisationnel estfonction de cinq choix fondamentaux qui sont étroitement liés aux aspects interculturels de l’organisation. | * Le choix de spécialisation du travail influence l’interculturel ou peut être conséquence des aspects culturels. La plus grande spécialisation des professionnelsengendre des cultures de métier bien marquées.La culture de secteur et la culture d’entreprise peuvent aussi valoriser...
tracking img