Management paradoxal

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 28 (6886 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
DGC
Bachelor Management de la relation client

Sujet : Le bonheur au travail, une nouvelle utopie ?

Problématique : Comment le management paradoxal devient-il une source de violence au travail?

Résumé :

Le bonheur au travail n’est pas une notion en elle-même. C’est un ensemble d’éléments qui permettront de s’approcher d’une idée d’idéalité. Malgré cela, les deux caractéristiques quila composent sont autonymique et donc source de paradoxe. Il s’agit de constater de comprendre et de déterminer quelles peuvent-être les paradoxes vécus en entreprise. Il est également question de réfléchir aux conséquences qu’elles soient positives ou négatives en ce qui concerne ces paradoxes et enfin, de voir les différentes réactions qu’ils peuvent engendrer (violence implicite et dépassementde soi).

Abstract :

The happiness at work is not a notion in itself. It’s a set of elements which will allow to approach an ideal idea. Nevertheless, the two characteristics which compose it, are antonymous and paradoxal. We try to understand the paradoxes found in companies. We will too, reflect on the positives and negatives consequences of the management paradoxe. Finally, we show thatthere are many kinds of reactions (implicit violence and over-achievement).

Introduction:

« Le chemin des paradoxes est le chemin du vrai, pour éprouver la réalité, il faut la voir sur la corde raide » O.Wilde.
Depuis la première révolution industrielle, et ensuite, le développement du taylorisme et de l'OST (organisation scientifique du travail), les cadences de travail ont considérablementaugmentés. Au fur et à mesure de cette croissance, il est possible de constater une perte de confort ergonomique, et donc une réduction du bonheur.
A partir de là, un double paradoxe fait surface, l'un, étymologique, opposant le bonheur et le travail (issu du mot « trepalium » qui était un instrument de torture romain). L'autre entre le bonheur au travail et le principe de nouvelle utopie,alors qu'ils n'ont pas cessé de s'éloigner depuis la fin de la société organique (début de l'exode rural en France).
Il s'agit donc de concevoir à la fois le paradoxe dans ses aspects négatifs, comme dans ceux positifs. Dès lors, un problème apparaît : « comment le management paradoxal devient-il une source de souffrance au travail ? »
Afin de traiter cet aspect, il est tout d'abord nécessaire decomprendre les notions de management paradoxal, et celles de violence, ainsi que de souffrance au travail, dans l'objectif de mettre en place des hypothèses. Puis de constater, qu'elles peuvent être affirmées ou infirmées par différentes études terrains. Pour enfin créer les liens permettant d'établir des préconisations pertinentes.
I) Management paradoxale et violence au travail.

I-1) Lemanagement paradoxale au cœur de l'entreprise

« L’essence de l’homme est son existence; le monde n’est pas l’objet de l’homme, la liberté consiste à dépasser la finitude, l’absurdité de la mort et ceci par sa créativité, par son langage, son art, sa responsabilité » M. Heidegger.
Il est possible de constater au sein des entreprises, une multiplication des critères en terme de production ou deproductivité, qu'ils soient quantitatifs ou qualitatifs. Dès lors, il y a une croissance des risques de coexistence des objectifs qui entre en conflit les uns avec les autres. Cette situation peut être, soit provoquée, soit non souhaité. Il s'agit là de l'essence même du management paradoxal.
Ainsi, que ce soit Battagliola F. lorsqu'elle évoque le travail des femmes, et la reconnaissance de leurcompétences; ou Corteel D. dans « Les paradoxes du travail en groupe : l’usine Volkswagen de Hanovre », il constate à des échelles différentes, avec des perceptions différentes, que c'est par la multiplication de leur objectifs, et des besoins de l'entreprise que naissent les paradoxes, et par extension, le management paradoxal.

Dans certains pays riches telle que la France, le travail perd son...
tracking img