Management

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 71 (17702 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
2.2 – LES CLASSIQUES

1 – Caractéristiques

Les fondements classiques du management sont nés en période d’industrialisation :
- ils répondent à des méthodes de travail empiriques (chacun fait à sa manière) ;
- ils recherchent la rationalisation et l’efficience de la production ;
- leur objectif est le profit par l’accroissement de la production.

Les théories classiques del’organisation se fondent sur 4 postulats :
- il existe une bonne façon d’organiser pouvant résoudre les problèmes (one best way ou OBW) ;
- la rigueur scientifique, la rationalité permet de trouver cette organisation ;
- le salarié n’est sensible qu’à son salaire (ou du moins l’entreprise ne doit se soucier que du salaire) ;
- l’individu est un rouage de la machine productive (approche mécaniste).L’approche est cartésienne et analytique (décomposition du problème à résoudre) et elle conduit à la division du travail.

Les précurseurs :
- Adam SMITH (économiste - 1776 – qui a étudié le rendement des ouvriers, multiplié par 200 grâce à la spécialisation des tâches dans une fabrique d’épingles).
- Charles BABBAGE (mathématicien inventeur de la machine à calculer - 1851 – pour qui les ouvriersont une capacité limitée et qui prône spécialisation du travail intellectuel).

2 – Théories et auteurs
Frederick Winslow TAYLOR (1856 – 1915), mécanicien et ingénieur
Shop management (1904), Scientific management (1911).

Postulat : propension des hommes à limiter leur effort, motivation essentiellement par le salaire (équitable mais fonction de la cadence de travail).
Rationalisationde la production = OST (organisation scientifique du travail).
Etude des gestes de 10-15 ouvriers qualifiés, chronométrage et standardisation.
Parcellisation des tâches.
Sélection des hommes en fonction des tâches et formation
Système rigide ou les ouvriers n’ont aucune initiative.

Taylor préconise un contrôle étroit du travail et un commandement éclaté :
- division verticale dutravail (séparation de la conception et de l’exécution) ;
- division horizontale du travail (tâches réparties, ouvriers spécialisés – OS) ;
- autorité fonctionnelle.
Création d’un département d’organisation (administration, gestion).
Séparation des fonctions commerciale et financière.
Préconisation d’un encadrement par 8 contremaîtres spécialisés (organisation simplifiée en pratique et jamaismise en œuvre sous cette forme).

OUVRIER
4 contremaîtres opérationnels (préparation, mise en œuvre, qualité, entretien)
4 contremaîtres fonctionnels (ordonnancement, instructions, suivi des temps, discipline)
Département d’organisation

Critique du taylorisme :
- grande efficacité (apprentissage rapide des tâches élémentaires, contrôle aisé), cette méthode a permis le développement de lasociété de consommation et inspire encore les industries actuelles ;
- déshumanisation du travail (OS), tâches monotones, motivation ramenée à l’argent.

Remarque : la chaîne (1913) est l’invention d’Henry FORD (1863 – 1947), qui appliqua l’OST.
Max WEBER (1864 – 1920), philosophe et sociologue.
L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme (1904), Economie et société (post mortem).Rationalisation des structures.
Weber pose la question des raisons de l’obéissance et distingue 3 modèles d’autorité qui légitiment les ordres de 3 façons distinctes (voir § 7.1) :
- l’autorité charismatique (basé sur les qualités personnelles, le « dévouement à un héros ») ;
- l’autorité traditionnelle (soumission aux usages, aux croyances, le pouvoir existe car on persuade que la traditionest vénérable) ;
- l’autorité légale ou bureaucratique (basée sur des règles écrites, des critères objectifs comme le diplôme ou la fonction occupée).
Le modèle charismatique s’épuise dans la durée, le modèle traditionnel nécessite des conditions stables.

Le modèle bureaucratique est préférable aux deux autres. La bureaucratie idéale dépersonnalise l’autorité et la rend plus stable,...
tracking img