Manchester united

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 19 (4597 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Etude de cas : Le Manchester United hors-jeu ?
Vends-la comme Beckham
La « Beckham-mania » frappa l’Espagne durant l’été 2003, lorsque David Beckham, le footballeur le plus médiatisé au monde, fut transféré du Manchester United au Real Madrid. La cérémonie de signature du contrat attira les télévisions du monde entier, y compris des chaînes japonaises qui retransmirent l’événement en primetime. Si le Manchester United avait tout d’abord accepté de transférer son joueur vedette au FC Barcelone pour 45 millions d’euros, Beckham lui-même avait préféré rejoindre le Real Madrid.
Certains médias accusèrent Beckham de privilégier son autopromotion. Lorsque l’entraîneur du Manchester United, Alex Ferguson, décida de ne pas le sélectionner pour certaines rencontres importantes, Beckhamlaissa entendre qu’il était prêt à quitter le club dont il avait été un supporteur depuis toujours et dans lequel il avait joué depuis l’enfance. Beckham n’avait pas participé aux pourparlers entre le Manchester United et le FC Barcelone et la rumeur courait que son agent, l’entreprise SFX, avait parallèlement engagé des discussions avec le Real Madrid. La tâche de SFX consistait à gérer les intérêtsde Beckham, capitaine de l’équipe nationale d’Angleterre, célébrité et première « marque » du football mondial, auprès des médias et des entreprises de sport ou de mode. Seul un tout petit nombre de clubs avait la stature et surtout les moyens financiers suffisants pour attirer Beckham. Le Real Madrid réussit cependant à abaisser le prix du transfert à 38 millions d’euros et à faire accepter àBeckham – en accord avec la politique du club – de céder 50 % des droits sur son image et sur ses nouveaux contrats de parrainage. En échange, il recevrait ainsi un montant de 28 millions d’euros sur quatre ans, soit légèrement moins que ce qu’il touchait jusque là au Manchester United.
Le FC Barcelone avait calculé que l’apport de la « marque » Beckham lui aurait assuré un supplément de chiffred’affaires annuel de 28 millions d’euros. Le Real Madrid entendait lui aussi maximiser son investissement. À eux seuls, les droits publicitaires sur la cérémonie de signature du contrat avaient déjà rapporté plus de 3 millions d’euros et les pré commandes pour le nouveau maillot numéro 23 de Beckham s’élevaient au même montant. Aucun autre joueur n’avait la capacité à vendre autant de produitsdérivés que Beckham, en particulier en Extrême Orient. Grâce à cette nouvelle acquisition, le Real Madrid espérait percer sur le continent asiatique. Les analystes estimaient que le retour sur investissement ne prendrait que quelques années.
Le Manchester United : le super club
Le Manchester United, pourtant réputé pour son sens des affaires, semblait avoir été pris de cours par ce transfert vers leReal Madrid. Pourtant, les responsables du club semblaient satisfaits : formé sur place depuis son plus jeune âge, Beckham n’avait pas coûté très cher, mais il avait rapporté beaucoup. Sir Alex Ferguson était en charge de toutes les décisions liées à l’équipe et lorsqu’il avait décidé de se séparer de Beckham, le conseil d’administration l’avait approuvé. Lorsqu’un journaliste avait demandé si ledépart de Beckham ne risquait pas de se traduire par une baisse de chiffre d’affaires, un porte-parole du club avait répondu que le produit qui se vendait le mieux n’était plus le maillot de Beckham mais celui de Ruud van Nistelrooy. Le directeur général avait ajouté que les transferts de joueurs obéissaient à des considérations uniquement sportives et qu’utiliser des joueurs pour cibler desmarchés reviendrait à « tricher avec les supporteurs. »
Si le club avait perdu avec Beckham une des composantes de son image, il alignait toujours une équipe de grand talent, qui avait remporté le championnat d’Angleterre en 2002 et 2003. De plus, ses états financiers en faisaient le club le plus riche du monde, capable de générer plus de 150 millions d’euros annuels en dehors des matches. La...
tracking img