Manon lescaut - lecture analytique 1

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1420 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Manon Lescaut
Abbé Prévost

Lecture analytique n°1

[« Je m’arrêtai … des spectateurs »] P 51-52

C’est un extrait placé au commencement du roman, et il va nous intéresser à double titres = - Introduction, à l’action principale du roman
- Indication sur l’enjeu de l’œuvre.
Entrée du narrateur (Marquis de Renoncour – MdR) dans une mauvais hôtellerie, mais aussientrée du lecteur dans un univers romanesque.
La rencontre entre le MdR et de Manon Lescaut (M.L.), n’est pas sans relation avec une scène qui va suivre, c'est-à-dire, la rencontre du Chevalier des Grieux (CdG) et de ML. Cette rencontre anticipe et annonce même des évènements opposés (avenir de M.L. qui doit être femme d’église lors de la rencontre avec le CdG, alors que le MdR la voit comme unecatin déportée vers l’Amérique).
L’enjeux de notre analyse est donc d’étudier pourquoi nous avons ici un incipit singulier et à la fois réussit.

I / Les figures du lecteur

L’action présente 3 types de personnages, qui tour à tour vont s’intéresser à M.L. Ces 3 personnages vont refléter 3 sortes d’attitudes envers M.L., 3 façons qui vont correspondre à décrypter 3 manières de voir M.L.L’ordre des 3 manières est tout à fait souhaité =
a) Lecture faite pas les paysans (vu comme une vulgaire putain)
b) Lecture faite pas la vieille femme
c) Lecture sensible de l’homme de qualité.

A) Le regard de la population sur M.L.

Lecture vulgaire, figurée pas l’attitude de la population de Pacy (curieuse). Ce terme est donc négatif, avec une curiosité malsaine, instinctive, quiréduit aux instincts les plus bas. La lecture est précisée pas l’archer, qui s’en fait le porte parole (« Ce n’est rien » peu d’intérêt pour la femme de joie ; « Populace curieuse » « excité » traduction du voyeurisme de la population, qui n’est intéressée que pas le scandale). On peut noter les termes péjoratifs tel que « confusion ; désordre ; tumulte … » qui traduit une excitation brouillonne,une absence de l’éducation, une grossièreté sociale. Manon est assimilée à une fille de joie, confondue avec les femmes qui l’entourent. Elle est donc juste réduite au rang de prostituée.
B) La lecture qu’en fait la vieille femme

Cette vieille femme constitue le deuxième arrêt, et tranche radicalement avec la lecture qui précède (car tragique, comme l’indique le champ lexical de tragique =« fendre le cœur » ; « criant » ; « barbare » : « horreur » ; « compassion »). La vieille femme parle de spectacle (tragédie, inspirer horreur et compassion aux spectateurs) mais ce qui frappe c’est que la vieille femme adopte une attitude théâtrale (« joignant les mains » ; « exclamations et cris »). La vieille femme annonce la tonalité tragique du roman (« barbare » qui va être employé plustard).

C) La lecture de l’homme de qualité

Lecture plus mesurée, juste et pertinente. Avec ces lectures on peut observer une gradation des points de vue. Comparaisons ou réduction à quelque chose de connu. La lecture détache donc Manon des femmes qui l’entourent, car le MdR va percevoir une dignité naturellement chez elle (« Il y en avait une », placée en position centrale de la phrase, quiva mettre en valeur le personnage de Manon). Il va proposer une lecture qui va au delà des apparences, qui ne s’occupe pas du contexte, des signes extérieurs (saleté), pour percevoir une personne digne. LE MdR va parler à ce moment de respect et de pitié (force l’admiration par sa majesté). Le MdR va donner par ses propos la vision que le lecteur se fait de M.L., une lecture sensible etcompressible.

II / La préfiguration de la rencontre d’Amiens

• Rencontre de Pacy => MdR + M.L.
*
• Mise en parallèle des 2 rencontres.
*
• Rencontre d’Amiens => CdG + M.L.

Il est possible de mettre en relation la rencontre de Pacy et celle d’Amiens. Dans les deux cas, un homme rencontre une femme. Le MdR...
tracking img