Manon lescaut mort

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2128 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Histoire du Chevalier des Grieux et de Manon Lescaut



La mort de Manon, de «Pardonnez si j'achève...» jusqu'à «j'attendis la mort avec impatience»



Nous sommes à la fin de Manon Lescaut, qui s'achèvera par les retrouvailles du bon Tiberge devenu curieusement, lui aussi aventurier ; Manon va s’éteindre dans, sinon le pays marécageux qui entoure la Nouvelle-Orléans, du moins lesplaines sablonneuses du Biloxi où l'immensité plate et désolée, sans abri ni végétation qui entoure les deux amants, est la terrible image de leur abandon et par les hommes et par le Ciel (dixit l’édition Garnier)en une notation bien vue). Le Ciel, n'en parlons plus depuis les diverses tromperies du chevalier tant auprès de son père que de son ami Tiberge, voire des vieux et jeune de G... M....N'oublions pas le départ de Saint-Sulpice, et surtout la fuite de Saint-Lazare avec l'assassinat vite oublié, du malheureux portier. Et ses mauvaises fréquentations avec les tricheurs professionnels à l'hôtel de Transylvanie. Et les hommes? Plusieurs se sont intéressés à Manon, il serait trop long, voire fastidieux de tous les énumérer car notre esclave des plaisirs a besoin du luxe pour vivre, et cen'est pas son cadet d'amoureux qui peut le lui donner, malgré ses efforts et ses turpitudes. Le dernier qu'elle séduira, cette seule fois à son corps défendant - cruelle ironie du... sort ou de dieu? - cause en fait sa perte, Synnelet, le neveu du gouverneur que notre héros croit avoir tué, lui-même ayant été blessé au bras... Mais la pauvre Manon, trop habituée aux plaisirs ne tient pas une marcheforcée de deux lieues. Et c'est épuisée que nous la retrouvons ici dans les bras de son amant; ce dernier prononce en quelque sorte



1) son oraison funèbre en une ultime scène d'amour (notre explication développe plutôt ce dernier aspect, car nous y sommes personnellement plus sensible (ceci s’appelle une CAPTATIO BENEVOLENTIAE bien cachée envers la/le correctrice/teur ; l’entretienpourrait s’ouvrir alors sur l’oraison funèbre !

2) que le non-dit rend d'un pathétique outré/marqué, selon ce que vous ressentez : soit vous accentuez le trait et dénoncez le côté artificiel du texte, soit vous êtres pris(e) et faites participer votre interlocutrice/teur à votre fascination et à votre déréliction devant un tel drame, ou plutôt, vu l’intervention du destin, une telletragédie...



1) ici, des Grieux rend un ultime hommage à sa bien-aimée; il s'adresse d'abord à son récepteur, le marquis de Renoncour – n’oublions pas l’encadrement propre au genre littéraire de l’histoire - (ceci pour appâter le correcteur qui pourrait aborder ce point au cours de l’entretien, même si ceci n’a pas été prévu dans le bordereau de début d’oral) comme à une assemblée funèbre:«Pardonnez»; avec une mise en valeur de l'énonciation: «un récit, je vous raconte, exprimer». Püis il évoque le couple: «nous avions passé»; nous passons ensuite du «je» au «elle» alternativement. «N'exigez» pas souligne le refus du témoignage exact: il n'y a donc pas prétérition, mais réticence, qui retrouve tout son sens: se taire... et pourtant, l'ensemble s'étend sur 4 paragraphes: 2 d'énonciation,deux consacré au récit, en deux volets: la mort elle-même de Manon, son ensevelissement en liaison avec l'affaiblissement de des Grieux, qui est de même, en un parallélisme frappant, littéralement et littérairement, à l’agonie... ce qui participe à l'hommage...

Le premier paragraphe plein de réticence: «j'achève en peu de mots», «ultime» marque une borne, ce qu'indique le retour sur le passé: «quin'eut jamais d'exemple», et la projection sur le futur: «Toute ma vie», en perdurant: «sans cesse, mémoire»... Tout le champ de la conscience est occupé par Manon, ce qui montre bien que notre chevalier n'est pas guéri. D’ailleurs, son retour à une vie plus conforme se fait en 1753, notre édition de référence sur des critères d'honneur, et non religieux - il est vrai que son retour à la Foi...
tracking img