Manon lescaut

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1396 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L'Abbé Prévost (1697 – 1763) mène des études dans un collège jésuite et est ainsi destiné à une carrière ecclésiastique. Il entre chez les Bénédictins, branche qu'il essaye par la suite de quitter au profit d'une autre moins sévère. On lui refuse ce droit, il part clandestinement, quittant l'habit de moine. S'ensuit de nombreuses aventures picaresques, où se mêlent des fuites incessantes, desaventures avec différentes femmes et des actes illégaux. Il aura écrit une œuvre de sept tomes Les aventures d'un homme de qualité, dont Manon Lescaut est le dernier, et où l'on peut y voir des connotations autobiographiques. L'extrait étudié est le passage de la rencontre entre Des Grieux et Manon. Le hasard d’un évènement (la flânerie désœuvrée de Des Grieux qui, en compagnie de son ami Tiberge,attend son départ fixé au lendemain) met en présence Des Grieux et Manon qui débarque du coche d’Arras. C’est le coup de foudre immédiatement : récit et confession se conjuguent pour poser pour la première fois l’une des questions fondamentales du roman : 

Nous tenterons de répondre à cette problématique en voyant dans un premier temps cette rencontre comme une découverte de l'amour, puis dansun second temps, que celle-ci amène à l'orientation du récit.

Le coup de foudre :

A) Un portrait de Manon :Seuls quelques mots esquissent la silhouette de Manon. Le narrateur déjoue l’attente en ne donnant aucun portrait de Manon : « Charmante » ; « Fille » ; « Moins âgée » ; « Plus expérimentée ».Aussi ténue que soit l’évocation de Manon, sa présence n’en est pas moins forte. L’emploide l’intensif « Si charmante » donne un caractère hyperbolique à cette apparition.L’adjectif « Charmante », qui qualifie Manon, peut se lire de deux façons : jolie ou ensorceleuse. Manon semble jeter un sort au narrateur. Les mots « charmant » et « charme » sont utilisés trois fois dans le passage. Le texte repose sur un balancement avant/après la rencontre. On passe ainsi d’un champ lexical de latimidité à un vocabulaire de la passion : « sagesse » ; « retenue » ; « excessivement timide » s’opposent à « enflammé » ; « transport » ; « amour » : « cœur » ; « désirs ».L’apparition de Manon dessine une fracture dans l’existence de Des Grieux : le pronom « moi » répété en incise dans la phrase ligne 12 à 16 le souligne. Cette rencontre est aussi la première étape d’un apprentissage amoureux(semblable au roman picaresque) où la femme séductrice mène le jeu alors que le jeune héros, passif, subit le charme.Noter la longueur inhabituelle de la phrase qui permet de décrire le processus de métamorphose du candide en amant passionné (« Elle me parut si charmante que moi, qui n'avais jamais pensé à la différence des sexes, ni regardé une fille avec un peu d'attention, moi, dis-je, dont toutle monde admirait la sagesse et la retenue, je me trouvai enflammé tout d'un coup jusqu'au transport. »).Un seul instant modifie immédiatement et pour toujours l’ordre des choses : la reprise de l’adverbe « déjà » le souligne (« L'amour me rendait déjà si éclairé » et « qui s'était déjà déclaré »).

La rencontre :Elle appartient au domaine de l’instant, du coup de foudre : l’adverbe « tout d’uncoup » et l’emploi du passé simple « je me trouvais » le confirment.Phénomène d’isolement exprimé par le parallélisme « Il en sortit » / « Il en resta une ». Le connecteur d’opposition « Mais » souligne le caractère exceptionnel de cette rencontre. Manon est désignée comme unique par la comparaison avec d’autres femmes.Le récit inscrit d’emblée un amour fondé sur la sensualité comme le montre lacomparaison, l’hyperbole « Coup mortel » et l’emploi du mot « désirs ».La communication établie entre les deux personnages passe par le regard mais aussi par la parole : verbes de parole « demandait » ; « répondit ». L’échange se fait d’autant plus facilement que Des Grieux a perdu sa timidité.Un jeu de proximité dans la passion et de recul ironique s’établit entre le narrateur et cet autre...
tracking img