Manon lescaux le souper

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1901 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
MANON LESCAUT : LE SOUPER

PROBLEMATIQUE :

La scène est compris entre « l’heure du souper » et « l’heure du souper »
* ordre chronologique
On a affaire a une « ridicule scène » (l.49) on peut donc s’attacher a la notion du comique.
On constate la présence dans ce texte de 3 comiques :
* comique de l’ambiguïté
* comique de l’exagération
* comique de l’équivoque -contraste

I Le comique du grossissement.

1) le comique de geste

‘il m’ordonna de lui faire la révérence j’en fis 2 ou 3 des plus profondes » DG accentue son trait d’enfant naïf et provincial. Il met ainsi le vieux GM en confiance tout en se moquant.

2) le comique de mots

Hyperbole dans le langage : DG parle comme un enfant. « C’est un enfant fort neuf ». Lescaut passe pour un valetcomplice de son maitre (DG).
(L.28-29) «  je parlais de me faire prêtre » ; « mon plaisir était à faire de petites chapelles. » Le vieux GM ne se doute de rien car DG est supposé être jeune et religieux.

3) Le comique de caractère

Les « «éclats de rire » de Manon sont « sur le point (…) de tout gâter »

II Le comique de contraste 

1) le comique de situation

DG fait comprendreimplicitement au vieux GM que le mauvais sort l’attend : « je trouvai l’occasion (…) de lui raconter sa propre histoire ; et le mauvais sort qui le menaçait ». Le vieux GM est dupé mais le sort se retourne contre les amants.

2) le comique de situation et de caractère.

Le vieux GM est parfaitement dupé :
(l.24-25) «  il me dona 2 ou 3 petits coups sr la joue » Le vieux GM prend DG pour unniais, qui n’a « pas beaucoup de monde ».
Miroir : GM ne se reconnaît pas dans l’histoire racontée par DG. Il prend le vrai pour le faux et précédemment a pris le faux pour le vrai « je lui trouve un air de Manon ».

3) Le comique de caractère

« L’heure de souper étant venue, GM ne se fit pas attendre longtemps ». Malgré son âge, il n’est pas insensible au charme de Manon.

Moqueries* vivacité du désir/âge.
* Caractère archaïque du langage/désir

4) Le comique de mot

Lescaut invite DG a suivre le bon modèle du vieux GM « faites bien profit d’un si bon modèle » (L.22) antiphrase qui n’est pas supposée être suivie par GM. Cela crée malgré toute une ambiguïté car on ne sait si Lescaut parle de GM ou de DG.

III Le comique de l’équivoque

1) Laconstruction

La scène principale de cette petite comédie est très riche en équivoques : scène théâtrale. « Je me suis étendu sur cette ridicule scène »
* l’unicité de lieu est fournie par la salle
* Lescaut était avec sa sœur dans la salle
* Le vieux GM entre
* Lescaut m’avertit d’entrer
Grande scène : 14 a 50
(L.50) DG et Lescaut se retirent
« Manon, sortie sous prétexte d’un besoin(…) nous vint rejoindre a la pote »
51 à 53 les 2 personnages ne restent pas beaucoup ensemble

2) Le comique de mots

* (L.32) « nos chairs se touchent de bien proches »
Proches par la naissance, version officielle.
Ils sont amant
* (L32-33)  « j’aime ma sœur comme un autre moi-même »
J’aime : amour fraternel
Autre moi-même : amitié
J’aime : amour passionnel
Autre moi-même :moitié
* (L.36-38) « j’en trouverai a paris de plus sots que moi » Le mot « sot » vise avant tout le vieux GM.

Certaines ambiguïtés ne doivent être comprise que par Manon et Lescaut (1, 2, 4) et d’autre comprise que par tous (3), dans ce cas c’est intentionnel pour accentuer sa naïveté. Il y des métaphores alimentaire :
(L.8) «quantité de douceurs dans le gout de la vieille cour » cesont des douceurs verbales
(L.8) « il assaisonna son présent. » Assaisonner est utilisé en cuisine pour rehausser le gout, ici ajouter des mots aux présents matériels.

Conclusion :

Problématique (L.48-49) «  ce n’est pas sans raison que je me suis étendu sur cette ridicule scène »
* il ne le fait pas pour plaisanter
* il fait sentir par avance le renversement de situation. La...
tracking img