Manouchian et kessel, deux figures de la resistance

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2487 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 octobre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
I.Manouchian et l’affiche rouge

1) Biographie

1/ Enfance

Missak Manouchian est né dans une famille de paysans arméniens du village d'Adıyaman en Turquie. Enfant, il perd son père, probablement tué par des militaires turcs lors du génocide arménien. Sa mère meurt quelque temps après, victime de la famine qui suivit. Il est alors recueilli, avec son frère Karabet, dans unorphelinat du protectorat français de Syrie. En 1925, ils débarquent à Marseille où Missak exerce le métier de menuisier qu'il a appris à l'orphelinat. Puis les deux frères montent sur Paris où Karabet tombe malade. Missak se fait alors embaucher aux usines Citroën comme tourneur, afin de subvenir à leurs besoins. Karabet décède en 1927 et Missak sera licencié au moment de la grande criseéconomique du début des années 30. Il gagne alors sa vie en posant pour des sculpteurs. Missak écrit des poèmes et, avec son ami arménien Semma, il fonde deux revues littéraires, Tchank (l'Effort) et Machagouyt (Culture), où ils publient des articles concernant la littérature française et arménienne et traduisent Baudelaire, Verlaine et Rimbaud en arménien. À la même époque, Missak et Semma s'inscrivent àla Sorbonne comme auditeurs libres et y suivent des cours de littérature, de philosophie, d'économie politique et d'histoire.
En 1934, Missak adhère au parti communiste. En 1935, il est élu secrétaire du Comité de Secours pour l'Arménie (HOC) qui relève en fait de la MOI. Il devient alors un militant "permanent". C'est là qu'il rencontre en 1935 Mélinée Manouchian qui deviendra sa compagne.À la même époque, il est également responsable du journal Zangou (nom d'un fleuve arménien).

2/ La guerre

Au moment de la guerre de 1939-1940, il semble qu'en tant qu'étranger, il ait été affecté dans une usine de la région de Rouen , en tant que tourneur. Mais rentré à Paris, après la défaite de juin 1940, il reprend ses activités militantes, devenues illégales puisque leparti communiste est interdit depuis septembre 1939. Il est arrêté au cours d'une rafle anticommuniste avant le 22 juin 1941, date de l'invasion de l'URSS par les Allemands. Interné au camp de Compiègne, il est libéré au bout de quelques semaines : aucune charge n'étant retenue contre lui.

Il devient alors responsable politique de la section arménienne clandestine de la MOI dont on neconnaît guère l'activité jusqu'en 1943. En février 1943, Manouchian est versé dans la FTP MOI, groupe des Francs-tireurs et partisans - Main-d'œuvre immigrée de Paris, groupes armés constitués en avril 1942 sous la direction du juif bessarabien Boris Holban. Le premier détachement où il est affecté comporte essentiellement des juifs roumains et hongrois et quelques Arméniens. Le 17 mars, il participeà sa première action armée, à Levallois-Perret, mais son indiscipline lui vaut un blâme et une mise à l'écart.
En juillet 1943, il devient commissaire technique des FTP-MOI parisiens. En août, il est nommé commissaire militaire des FTP-MOI parisiens, à la place de Boris Holban qui avait été démis de ses fonctions pour raisons disciplinaires. Joseph Epstein, responsable d'un autre groupe deFTP-MOI, était devenu le responsable de l'ensemble des FTPF de la région parisienne. Il est donc le supérieur hiérarchique de Manouchian qui a sous ses ordres trois détachements soit au total une cinquantaine de militants. On doit mettre à son crédit l'exécution (par Marcel Rayman, Léo Kneler et Celestino Alfonso), le 28 septembre 1943, du général Julius Ritter, adjoint pour la France de FritzSauckel, responsable de la mobilisation de la main-d'œuvre (STO) dans l'Europe occupée par les nazis. Les groupes de Manouchian accomplissent près de trente opérations en plein Paris d'août à la mi-novembre 1943.
La Brigade spéciale n° 2 des Renseignements généraux avait réussi deux coups de filet en mars et juillet 1943. À partir de là, elle put mener à bien une vaste filature qui aboutit...
tracking img