Map- caus'bio!

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 115 (28531 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
PRÉAMBULE Ce mémoire d’avant-projet (MAP) pour le projet de Jardin Caus’Bio est déposé dans le cadre du cours Management en environnement – ENV 801, cours offert dans le cheminement de la maîtrise en environnement de l’Université de Sherbrooke (UDS). Le cours Management en environnement est une activité pédagogique qui permet aux étudiants et étudiantes de se familiariser et d'approfondir desnotions de gestion dans un contexte environnemental (Bibeau, 2010). Placés dans une dynamique d’équipe multidisciplinaire, les étudiants et étudiantes ont l’occasion d’être confrontés aux défis de la gestion de projet en adoptant des attitudes et comportements professionnels tels que des habiletés de questionnement, d’adaptation et de gestion des situations décisionnelles (Id.). Bien que cetteproposition de projet puisse être considérée par la Coop Café CAUS, il est important de noter que ce MAP, tel que déposé par l’équipe, demeure un exercice réalisé dans un contexte académique.

ceux-ci entrent en concurrence avec toute sorte d’aliments. Or, une étude, réalisée auprès de 25 universités allemandes, autrichiennes et suisses a démontré que les produits biologiques peuvent facilementconcurrencer avec les produits conventionnels (Lebensministerium, 2009). Il en ressort que 19% des étudiants privilégient les aliments biologiques (id.). De plus,

30

Mémoire d’avant-projet Jardin Caus’Bio!

74% des interrogés ont affirmé qu’ils préfèrent l’utilisation de produits locaux ou régionaux par rapport aux aliments importés (id.). Le marché des bars à salades Depuis quelques décennies,l’évolution des modes de vie et les tendances mondiales de consommation alimentaire (développement de la consommation alimentaire hors foyer, accélération du rythme de vie, densification du temps de travail, explosion de la mobilité, etc.), a fait exploser le marché mondial de la restauration rapide (INSPQ, 2009). En Europe, cette dernière est passée, en 2009, à un marché dépassant les 30milliards d’euros (Intelligence Agro, 2010). Aux États-Unis, 80 % des repas hors domicile sont pris dans des enseignes de restauration rapide (Le Figaro, 2009). La restauration rapide était jusqu’à ce jour synonyme de mauvaise alimentation, pauvre en éléments nutritifs, riche en matières grasses et enfin, identifiée comme principale cause de l’augmentation de l’obésité. La croissance rapide du tauxd’embonpoint, des maladies associées (accidents cérébraux vasculaires, maladies cardiovasculaires, diabète, etc.) et indirectement, des conséquences économiques négatives sur les systèmes de santé ont toutefois entraîné une prise de conscience gouvernementale généralisée (Santé Canada, 2006). Afin de diminuer les risques, plusieurs recommandations de spécialistes en nutrition ont été formulées etdéposées suite à la demande du ministère canadien de la Santé (Santé Canada, 2002). L’une d’entre elles visait précisément la promotion à grande échelle d’une saine alimentation auprès de la population (id.). Plusieurs initiatives (politiques, plan d’action, etc.) ont dès lors été mises de l’avant afin d’accroître les connaissances des citoyens relatives aux bienfaits d’une alimentation saine et équilibrée(INSPQ, 2010). Les résultats escomptés se sont manifestés : un nombre croissant de Canadiens ont développé le souci de bien s’alimenter afin de demeurer en santé le plus longtemps possible (Service Canada, 2009). Une étude sur les tendances alimentaires réalisée par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ), démontre dans le même sens que le consommateurquébécois est de plus en plus en quête de bien-être et désire avoir l’impression qu’il prend soin de lui (MAPAQ, 2006b). Malgré cela, le temps qu’un individu accorde dans une journée pour s’alimenter, demeure en diminution étant donné que le rythme de vie effréné est sans cesse en croissance.

31

Mémoire d’avant-projet Jardin Caus’Bio!

De fait, les industries agroalimentaires ont...
tracking img