Marcel proust

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1963 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
LE ROMAN FRANÇAIS AU XXe SIÈCLE

I. LE ROMAN DE LA PREMIÈRE MOITIÉ DU XXe SIÈCLE

Alors que le roman, après le naturalisme, connaît une période de crise, apparaît un romancier caractéristique de la Belle Époque qui va également considérablement renouveler le roman français.

1. L'œuvre romanesque de Marcel Proust

Données biographiques

1871 Marcel Proust naît en 1871 à Auteuil. Filsd'un professeur de médecine réputé et d'une mère attachée à la bourgeoisie juive parisienne, aisée et cultivée.

1880 En rentrant d'une promenade au bois de Boulogne, Marcel Proust est pris d'une première crise d'asthme (ce problème empoisonnera toute sa vie). De santé fragile, il poursuit sa scolarité au lycée Condorcet, puis les cours de la Sorbonne, de la faculté de Droit et deSciences Politiques. Décidé à se consacrer aux lettres, il affectionne George Sand, Augustin Thierry, Musset puis Anatole France, Pierre Loti, Baudelaire et Vigny.

1889-1890 Proust reçu bachelier Service militaire à Orléans.

1892 Fonde avec Fernand Gregh, Daniel Halevy, Flers et La Salle, la revue Le Banquet.

1896 Publie chez Calman-Lévy son premier ouvrage, Les Plaisirs et lesjours, recueil de nouvelles, d'essais et de vers préfacé par Anatole France.

1896-1904 Trois ans plus tard, il entreprend - sans l'achever - un vaste roman autobiographique Jean Santeuil (posthume 1952), première esquisse d'À la recherche du temps perdu. Il mène une brillante vie mondaine.

1898 Marcel Proust a été l'un des premiers signataires des pétitions réclamant la révision duprocès de Dreyfus.

1903 Publie des chroniques dans Le Figaro.

1903-1905 Mort de son père, puis de sa mère. Sa santé déjà fragile se détériore davantage. Il connaît la solitude, le détachement absolu.

1907-1914 Se rend chaque été à Cabourg où il tente d'ébaucher le grand roman qui devait être l'histoire de son itinéraire spirituel.

1907 Proust écrit son essai ContreSainte-Beuve. Pour créer son univers, il se détache de tout. Reclus dans sa chambre du boulevard Haussmann, il se protège et s'épuise au travail.

1909 Commence Du côté de chez Swann.

1912 Tente de se faire publier avec les 700 pages dactylographiées intitulées, Le Temps perdu. Bernard Grasset l'accepte mais à compte d'auteur. Proust imagine alors un diptyque Le Temps perdu/ Le Tempsretrouvé. Son œuvre principale, À la recherche du temps perdu, est publiée entre 1913 et 1927,
Du Côté de chez Swann paraît en novembre 1913. Les articles flatteurs de Lucien Daudet et de Cocteau lancent le livre. Gallimard rachète du Coté de chez Swann aussi qu' À l'ombre des jeunes filles en fleurs. Imprimé au moment de l'armistice en 1918, le prix Goncourt qu'il obtient l'année suivante luivaut la gloire. Ses dernières années sont une lutte incessante contre la maladie.

1919 Publie Pastiches et Mélanges et est nommé Chevalier de la Légion d'honneur.

1920-1922 Paraissent Du Côté de Guermantes I en 1920 et II en 1921, Sodome et Gomorrhe 1 en 1921 et II en 1922. Il travaille sans relâche à l'écriture des volumes suivants.

Fin 1922 Proust meurt épuisé, emporté parune bronchite mal soignée. Il est enterré au cimetière du Père La Chaise à Paris.

Œuvres

Les Plaisirs et les Jours (1896)
Du côté de chez Swann (1913)
À l'ombre des jeunes filles en fleurs (1918, Prix Goncourt en 1919 )
Le Côté de Guermantes I (1920)
Le Côté de Guermantes II (1921)
Sodome et Gomorrhe I (1921)
Sodome et Gomorrhe II (1922)
La Prisonnière (1923 ; posthume)Albertine disparue ou La Fugitive (1925 ; posthume)
Le Temps retrouvé (1927 ; posthume)
Chroniques (1927 ; posthume)
Jean Santeuil (1952 ; posthume)
Contre Sainte-Beuve (1954 ; posthume)

Le cycle romanesque À la recherche du temps perdu
Proust a construit son œuvre « comme une cathédrale » où les fidèles peuvent peu à peu « apprendre des vérités et découvrir des harmonies » sur « l’idée...
tracking img