Marcel proust

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (292 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L’entretien de la folie joue dans la destinée du monde, un rôle dont bien peu de gens ont conscience. De tout temps, chaque culture a eu recours au grain de folie. Defaçon à ce que cette pratique devienne ancestrale. En effet, les rois de la Renaissance possédaient déjà leur propre bouffon. Même avant eux, Attila, grand roi desHuns, avaient un fou à son service pour distraire les convives. Dans d’autres contrées, la folie était considérée comme un message sacré, venant des dieux qui prédisaitl’avenir, inspirait le sens que devait prendre notre existence. Aujourd’hui, la folie est estimée comme un trouble de comportement déviant des normes préétablies lacivilisation. L’essence même de la vie est de confronter l’homme à des tourments. Par ailleurs, la société contemporaine valorise des entités, des buts que l’homme sedoit de complaire. En raison de la complexité de la vie moderne, l‘homme, plus que dans une autre époque de l’Histoire, a besoin d’un pan de fuite, d’un courantd’évasion pour déverser tout ce poids qui s’accumule sur sa conscience. C’est pourquoi Marcel PROUST, dans son ouvrage, L’ombre des jeunes filles en fleurs, paru en 1919,s’exprime en ces mots « Nous sommes tous obligés, pour rendre la réalité plus supportable, d’entretenir en nous quelques folies. » En effet, nous faisons tous appelle à deschimères pour masquer ce que la vie a de trop cruel. Pour examiner cette affirmation nous établirons dans un premier temps l’entretien de quelques folies, une nécessitéraisonnable, puis la possibilité de l’homme de se passer de ces petites folies, et enfin nous achèverons sur le danger des petites folies face à la réalité
tracking img